PARTAGER

Face à la persistance de la menace qui pèse sur l’école sénégalaise, le Comité du dialogue social/secteur éducation et formation appelle le gouvernement et les organisations syndicales à veiller à l’apaisement du climat social. Au gouvernement, le comité appelle à accélérer la matérialisation des accords. De la part des organisations syndicales, il sollicite un sursaut patriotique.

La crise qui sévit dans le secteur de l’éducation inquiète de plus en plus. Le Comité du dialogue social/secteur éducation et formation, consciente de la persistance de la menace qui pèse sur l’école sénégalaise, appelle le gouvernement et les organisations syndicales représentatives à aller vers «l’apaisement du climat social en milieu scolaire en cette période cruciale de l’année». Le président de ce comité demande au gouvernement «de consolider les mesures prises pour accélérer la matérialisation des accords signés, notamment ceux relatifs à la carrière des enseignants, à la prise en charge financière des actes pris par le ministère chargé de la Fonction publique». Dans un communiqué, Ousseynou Baba Ly recommande aussi au gouvernement de veiller «à la mise à disposition de parcelles à usage d’habitation, à l’amélioration de la condition enseignante par la traduction en mesures concrètes de l’exploitation des résultats de l’étude sur le système de rémunération des agents de la Fonction publique». Pour trouver une solution à cette crise scolaire, M. Ly s’est aussi adressé «aux organisations syndicales d’enseignants représentatives». De la part de celles-ci, le Comité du dialogue social/secteur éducation et formation sollicite «un sursaut patriotique et un dépassement pour mettre une fois de plus l’intérêt de l’école au-dessus de toute considération». Dans son document, Ousseynou Baba Ly ajoute qu’un appel «leur est lancé pour un réexamen de l’accord sur la création du corps des Administrateurs scolaires, à apprécier à nouveau le niveau d’augmentation de l’indemnité de logement». Dans la même veine, il est demandé aux organisations syndicales représentatives de «suspendre les mots d’ordre de grève». «Le Comité compte également sur l’implication citoyenne de toutes les composantes de la société sénégalaise pour l’union de trésors d’ingéniosité, pour un fonctionnement normal de l’école publique à la fin des fêtes du premier semestre», a-t-on souhaité.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here