PARTAGER

Des prix au Concours général, le département de Rufisque y tient. Une dynamique a été enclenchée en ce sens avec l’organisation du Concours départemental d’excellence de Rufisque (Coder). La cérémonie de distribution des prix  a vécu samedi au Crfpe et les autorités éducatives s’attendent à renouer, grâce à l’encadrement de ces jeunes talents, avec les consécrations pour le plus prestigieux concours de l’éducation au niveau national qui fuit le département depuis plus d’une décennie.

34 élèves de la 4ème à la seconde ont été primés samedi au Concours départemental d’excellence de Rufisque (Coder). «L’excellence au niveau local c’est bien, mais il faut tendre vers l’excellence au niveau national et le Concours général c’est ce qu’il y a de plus excellent», a fait savoir Cheikh Dione, Inspecteur d’académie (Ia) de Rufisque, affichant ainsi ses ambitions. «Un des objectifs poursuivis par ce Concours départemental, c’est de détecter les talents et de les accompagner ; c’est ça notre priorité», a-t-il expliqué, assurant avoir mis en place «le cadre et les moyens» pour faire partie «des meilleurs du Sénégal». Depuis plus d’une décennie en fait, le département est sevré de lauréats à ce prestigieux concours. «Dès le collège, ce sont les meilleurs qui sont détectés et suivis jusqu’aux classes de première et de terminale», a-t-il laissé entendre par rapport à la méthode.
Convaincu de l’efficience d’une telle démarche, M. Dione de prévoir des prix au plus prestigieux concours de l’éducation du pays dans moins de cinq ans. «D’ici 2 ou 3 ans, nous vous promettons que nous ne serons plus absents au Concours général du point de vue des prix. C’est notre objectif le plus en vue parce que ces élèves constituent la vitrine de l’éducation au niveau du département», a ainsi affirmé l’Ia de Rufisque.
Venu présider la rencontre qui s’est tenue au Crfpe, le ministre de la Pêche et de l’économie maritime, Oumar Guèye, a salué cette «tradition qui assure, par l’émulation, le rayonnement du système éducatif dans le département». Dans une perspective plus large, il a loué les efforts du gouvernement pour le secteur de l’éducation, socle même du Plan Sénégal émergent, à travers «l’axe capital humain, protection sociale et développement humain». «L’école doit s’inventer de nouveaux modes opératoires en adéquation avec les réalités du milieu», ont exhorté les organisateurs en suscitant la réflexion par rapport au thème du jour ayant porté sur «La prise en charge des élèves en difficultés. Enjeux et défis». «Ins­titution d’ateliers de lecture, inscription des apprentissages dans la temporalité de l’élève, adaptation des équipements pédagogiques aux besoins des élèves en difficultés», ont été, entre autres, les pistes énoncées à cet effet dans le document de présentation.
abndiaye@lequotidien.sn

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here