PARTAGER

Relever le pourcentage des effectifs dans les séries scientifiques. Tel est l’objectif de Mamadou Mbengue Guèye, Directeur général de la Société nouvelle des auxiliaires de transport (Snat), par ailleurs responsable de l’Alliance pour la République (Apr), qui vient de doter 3000 manuels de maths-physique aux élèves de troisième de la commune de Mékhé. Un nouveau manuel qu’il a entièrement financé pour, dit-il, «soutenir la vision du président de la République, qui consiste à réorienter notre système éducatif vers les mathématiques et les sciences». Le patron de la Snat ajoutera que «les élèves y trouveront  des supports de cours pertinents, une documentation suffisante pour affiner et approfondir leurs connaissances scientifiques. Il s’y ajoute qu’ils constituent une alternative aux limites des nouvelles approches éducatives, souvent pointées du doigt comme responsables de la baisse du niveau des élèves». En effet, explique l’auteur du manuel dénommé : «Le scientifique 3ème», le Professeur de sciences physiques, Saliou Mbodji, le bilan des dix ans du Programme décennal de l’éducation et de la formation (Pdef) a révélé que «de 2006 à 2015, le pourcentage d’élèves dans les séries littéraires a presque régulièrement augmenté en passant de 67,2% à 74,01%, le contraire est noté pour le pourcentage d’élèves dans les séries scientifiques. Durant la même séquence temporelle, ce pourcentage a connu une baisse presque régulière en passant de 32,88% à 25,99%». Et de poursuivre pour souhaiter qu’à travers «ce manuel, l’enseignant ne se limitera plus à la transmission de connaissances, mais deviendra un guide, un accompagnateur, dans le développement de compétences disciplinaires et transversales chez l’élève». Ceci, dira-t-il, «en ce sens qu’il devra susciter la participation active des élèves à leur propre apprentissage en créant un cadre d’apprentissage stimulant, en tenant compte des besoins de chaque élève». Toutes démarches qui devraient, selon lui, «traduire un réel engouement des apprenants en faisant de l’enseignement des mathématiques, des sciences et de la technologie une priorité pour qu’à l’horizon 2025, au moins 60% des effectifs des lycées se retrouvent dans les séries scientifiques». Aussi Pr Mbodji de se réjouir de «l’approche volontariste de l’illustre bienfaiteur, Mamadou Mbengue Guèye, qui a compris qu’en finançant l’édition de cet ouvrage, il pose un acte de haute portée citoyenne. Ce geste, ajouté à d’autres comme entre autres, la réhabilitation des salles de classe, le don de camions de vidange et de ramassage d’ordures qu’il fait dans la commune de Mékhé, témoignent à suffisance de sa claire conscience de ce que le développement local est  un processus articulé autour d’initiatives locales, qui vise à mobiliser tous les acteurs locaux en vue de la promotion sociale, culturelle et économique d’un territoire pour ne pas dire une Nation».
Revenant sur la publication du manuel scolaire : «Le scientifique 3ème», le Professeur de sciences physiques, Saliou Mbodji, fera noter qu’«il est entièrement conforme au programme en vigueur et qui se veut de développer chez tous les élèves à partir de la classe de 4ème, les éléments de base d’une culture scientifique». Devant les autorités locales et académi­ques de la commune de Mékhé, il ajoutera que «l’édition de cet ouvrage se veut une réponse au déséquilibre noté dans la fréquentation des séries littéraires et scientifiques. Lequel déséquilibre, estime-t-il, serait la conséquence d’insuffisances dans la promotion de la qualité des enseigne­ments/apprentissages de manière générale et particulièrement dans les mathématiques, les sciences expérimentales (Svt et Sp) et la technologie».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here