PARTAGER

L’organisation du baccalauréat, qui démarre ans deux semaines avec les épreuves facultatives, est en train de bien se dérouler. Le directeur de l’Office du Baccalauréat, Socé Ndiaye, en a donné l’assurance ce jeudi lors d’une rencontre sur la préparation de l’édition 2020 de l’examen pour le premier diplôme universitaire. «Nous avons fait l’enregistrement des candidats, nous avons fait la constitution des jurys. Aujourd’hui chaque élève sait dans quel jury il est et dans quel centre il va composer. Nous avons édité les convocations et elles sont en train d’être distribuées aux élèves», a relevé le directeur de l’Office du Bac. Il a aussi fait savoir le matériel de composition ainsi que les sujets pour les épreuves facultatives étaient en train d’être mis en place. «Tout est fin prêt, tout ce qui devait être fait à l’étape où nous sommes a été fait», a-t-il ainsi conclu à ce sujet avec grand optimisme pour la suite.
Avec le contexte particulier du Covid-19, la tenue des sessions va s’arrimer au protocole sanitaire défini lors de la reprise des apprentissages enseignements.  «Le protocole sanitaire c’est celui qui est en place et qui a été élaboré par le comité sanitaire. Il faut se conformer dans tout ce que nous faisons à ce protocole, que ce soit pour les enseignements que pour les examens», a noté M. Ndiaye, évoquant l’éventualité possible d’une amélioration des mesures en fonction de la situation.  «Les épreuves facultatives démarrent les 22 et 25 juillet, ensuite l’anticipée de philo qui va se faire le 12 août. Le bac c’est le 31 août et ça va démarrer avec le Bac technique et le 2 Septembre pour le Bac général», a-t-il dressé comme calendrier du bac. L’examen de cette année concerne 155 mille 126 candidats répartis en 796 jurys pour 371 centres et 72 centres secondaires.
Socé Ndiaye a profité de l’occasion pour demander aux élèves et parents de s’éloigner des vendeurs d’illusions qui les escroquent avec de fausses épreuves.  «Il y a des gens malveillants habitués à vendre des soi-disant sujets. Ils se rabattent après sur la presse pour trouver un alibi en disant que c’est à cause de la divulgation des sujets dans la presse que les sujets ont été changés», a averti le directeur de l’Office du Bac tout en se réjouissant qu’aucune fuite n’a été notée ces deux dernières années.
Il a aussi annoncé le paiement en cours d’un reliquat pour les professeurs pour la surveillance de la session de l’année dernière. «Il y a un reliquat de 17 millions qu’on doit payer et qui est en train de l’être parce que les états sont déjà établis», a-t-il dit, notant que l’année passée le montant était de 300 millions de francs.

abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here