PARTAGER
Momar Mbaye, président de la Fédé d’athlétisme.

C’est une première au sein de l’athlétisme sénégalais : des déclarations de candidature à la présidence de la Fédération sont faites à un an de l’échéance électorale. Comme pour mesurer les appétits nourris autour du fauteuil du président Momar Mbaye.

Ça bouge ces derniers jours au sein de la famille de l’athlétisme sénégalais. En effet, des candidatures pour la présidence de la Fédération sénégalaise d’athlétisme sont agitées ici et là. Tout est parti de l’Assemblée générale d’informations de la Fédé d’athlétisme tenue le samedi 28 janvier 2017 à Thiès. Une Ag d’infos que certains pensaient vouloir transformer en Ag élective.
C’est ainsi que juste après ces assises de la capitale du Rail, les choses sérieuses ont semblé commencer pour certains candidats, officiels ou officieux.
L’ancien international, l’athlète Cheikh Tidiane Boye, a été le premier à annoncer la couleur à visage découvert ; en révélant sa candidature pour le poste de président de la Fédération. Une déclaration faite chez nos confrères du quotidien Stades, dans leur édition du mardi 31 janvier 2017.
Comme pour lui apporter la réplique, Serigne Dame Fall, président de la section d’athlétisme de l’As Diamono de Diourbel, toujours dans le même journal (édition du jeudi 02 février 2017), est monté à son tour au créneau pour déclarer tout de go : «Il nous faut El Hadji Amadou Dia Bâ à la tête de la Fédération.»

C’est en décembre 2017 que prend fin le mandat du bureau fédéral
Ces deux candidatures annoncées, une déclarée et une autre non déclarée, viennent ainsi renseigner sur les appétits nourris autour du fauteuil de l’actuel président de la Fédération, Momar Mbaye.
Mais au juste pourquoi toutes ces agitations sur la piste ? La réponse est d’autant plus pertinente que, selon plusieurs sources contactées par Le Quotidien, c’est en décembre 2017 que prend fin le mandat de l’actuel bureau fédéral. En clair, et si on respecte les textes, «c’est en décembre 2017 où au plus tard en janvier 2018» qu’on doit tenir l’Assemblée générale élective.
Comme quoi, ce qui se passe à l’athlétisme c’est une première dans l’histoire de nos Fédé­rations nationales. A savoir annoncer des candidatures à près d’une année de la tenue de l’Ag élective. Et cela conforte ceux qui avancent que d’aucuns avaient affuté leurs armes pensant que l’Ag d’infos de Thiès était une Ag… élective.
En tout cas, une chose est sûre : d’ici décembre 2017, il y aura du sprint sur la piste.

hdiandy@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here