PARTAGER

L’Odes n’est pas contre des élections de représentativité, mais dénonce avec la dernière énergie des irrégularités constatées sur le fichier électoral. En tournée nationale qui l’a conduit à Kolda, Ibrahima Wane appelle ses camarades à la vigilance. Le Secrétaire général de l’Or­ganisation démocratique des enseignants du Sénégal (Odes) précise que ces manquements tournent autour d’une absence de mise à jour du fichier. M. Wane dit constater que certains enseignants, qui ont quitté leurs postes par mutation, il y a plus de trois ou cinq mois, n’ont pas encore bénéficié de changement de lieu de vote tenant compte de leur position géographique actuelle.  Il relève une autre irrégularité, à savoir la dénomination des écoles ou collèges qui, selon Ibrahima Wane, relève de la confusion totale.
Dans la même veine, Ibrahima Wane récuse le choix des dates retenues pour ces élections, c’est-à-dire le 26 avril pour les enseignants et le 11 mai pour les centrales syndicales. L’Odes estime qu’il faut éloigner davantage ces dates pour permettre aux votants d’exercer sans aucune pression leur vote. Née en 2011, cette formation syndicale des enseignants, et membre de la Csa, regroupe plusieurs militants. Ces derniers ont répondu  à cette rencontre avec le bureau national du syndicat. Ibrahima Wane et ses camarades ont fait preuve de détermination et d’engagement pour la mise à jour de ce fichier qui prendra en compte la mobilité des enseignants sur le périmètre national.
elcoly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here