PARTAGER

La campagne pour les élections de représentativité des Centrales syndicales a démarré, mais  l’Unsas compte la mener sur deux fronts. La Centrale syndicale dirigée par Mademba Sock, qui dénonce une violation commise par le ministre du Travail, du dialogue social et des organisations professionnelles, va saisir le Tribunal pour qu’il se prononce sur cette question. Malgré ce contentieux, l’Unsas se prépare à ces élections, en atteste l’affiliation du Sels/O pour faire triompher cette centrale.

Les élections de représentativité des Centrales syndicales risquent de démarrer sur fond de contestation. En tout cas du côté de l’Unsas, des irrégularités sont déjà notées. Le secrétaire général de l’Union nationale des syndicats autonomes du Sénégal (Unsas) a déploré le fait que le ministre du Travail ait convoqué «le corps électoral en ne tenant pas compte des dispositions de l’arrêté qu’il a lui-même publié». Selon Mademba Sock, le ministre a fait valider le fichier électoral il y a 3 jours, alors que les listes électorales n’ont pas été publiées. Raison pour laquelle, souligne-t-il, une sommation interpellative lui a été servie depuis jeudi. Une sommation interpellative à laquelle, d’après M. Sock, le ministre n’a pas répondu.  «Nous allons l’attraire devant les juridictions pour que le Tribunal se prononce sur la question», a-t-il fait savoir. Toutefois, ce contentieux ne va pas empêcher l’Unsas de prendre part aux élections de représentativité. D’après son secrétaire général, ils ne veulent pas «être pris de court».  «Nous avons pensé qu’il faut avoir deux fers au feu. Il fallait poursuivre l’action contentieuse, mais il fallait préparer ces élections parce qu’elles sont importantes. Elles permettent de déterminer les représentants, elles permettent aux travailleurs d’être présents dans les lieux où les décisions sont prises. De ce point de vue, plus on a du poids, plus notre voix porte», a-t-il fait savoir. Pour Mademba Sock, l’Unsas se bat pour que «ces élections  aient la crédibilité qu’il faut». Mais d’après lui, ils ont «l’impression que l’administration du travail est dans la précipitation». Sinon comment expliquer le fait de «prendre un arrêté alors qu’il y a la phase de publication des listes  qui n’a pas été constatée».
Par ailleurs, il faut noter que l’objectif de cette rencontre avec la presse était d’annoncer l’affiliation du Syndicat libre des enseignants du Sénégal/ Originel (Sels/O) à l’Unsas. D’après le secrétaire général de ce syndicat, «l’objectif c’est de travailler à matérialiser ce que l’Unsas a eu comme ambition et volonté de servir les travailleurs». Pour Oumar Wally Zoumaro, cette affiliation qui intervient à la veille des élections de représentativité des Centrales syndicales traduit leur «ambition de hisser» l’Unsas à la première place. «Ça nous permettra de revaloriser notre fonction d’enseignant. Avec l’Unsas les revendications des enseignants vont aller vers un palier supérieur. Non seulement nous allons utiliser ce que nous avons comme moyens de lutte, mais avec l’accompagnement de Mademba Sock, nous aurons la possibilité de pouvoir faire porter nos revendications à un niveau beaucoup plus élevé. Ce qui pose des difficultés à notre niveau, Mademba Sock, avec sa centrale, pourra y apporter des solutions », a-t-il déclaré.  Interpellé sur ce que Le Sels/Originel peut apporter de plus à l’Unsas, M. Zoumaro souligne que  son «organisation compte plus de 8 000 militants dans le corps enseignant». De même, il soutient que le Sels/O est arrivé quatrième aux élections de représentativité des syndicats d’enseignants. Pour lui, si son organisation arrive à faire voter tous ses «militants et sympathisants, ça suffirait à faire élire» cette centrale. Lors de cette rencontre, Mamadou Lamine Dianté a aussi annoncé le soutien du Grand cadre dont il est le président,  à l’Unsas.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here