PARTAGER

Pour Taxaw temm, le gouvernement se réfugie derrière le Covid-19 pour tenter de reporter les Locales. Le mouvement, membre du Crd, appelle les Sénégalais à se battre pour le respect du calendrier républicain.

Le mouvement Taxaw temm milite pour le respect du calendrier républicain. Dans un communiqué, l’organisation qui avait porté la candidature de Ibrahima Fall en 2012 estime que la paix et le développement passent par le respect  du calendrier républicain et l’esprit et la lettre de la Constitution. «Se battre d’abord pour le respect du calendrier républicain : les élections locales qui ont été reportées au plus tard le 28 mars 2021 doivent se tenir, quelle que soit l’évolution du Covid-19. On ne voit pas pour quelle raison dans le reste du monde le calendrier républicain est respecté et au Sénégal non. Les arguments bidon sur le manque de moyens, le silence des bailleurs ne peuvent prospérer», soutient Taxaw temm. Le mouvement d’ajouter : «Un gouvernement qui peut trouver de l’argent pour distribuer ‘’aux pauvres’’ qui peuvent voter pour lui peut bien trouver des moyens pour organiser des élections. Surtout que ce qui lui est demandé est de donner des cartes d’identité à tous les citoyens et leur permettre de voter où ils veulent.»
Par conséquent, Taxaw temm demande «l’audit du fichier et le rejet des pratiques d’élimination des candidats par le parrainage et la caution, manœuvres censitaires et corruptrices». Pour ce mouvement membre du Congrès de la renaissance démocratique (Crd), le mandat des élus municipaux et départementaux est «largement épuisé». Il appelle donc les Sénégalais à se battre pour l’organisation de ces élections. «Le Covid-19 a bon dos et les autorités du pays se réfugient derrière lui pour masquer leur échec et la faillite de leur politique de santé, économique et sociale. La pandémie a révélé aussi le degré et la profondeur de la misère et de la paupérisation criarde des populations», constate Taxaw temm.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here