PARTAGER

Le ministre de l’Intérieur Aly Ngouille Ndiaye a annoncé hier que le montant de la caution pour les élections locales sera connu mercredi (demain), même s’il préfère un consensus sur la question. Le Frn, en ce qui le concerne, souhaite que cette question soit débattue au niveau du dialogue politique dirigé par le Général Niang. Ce que le Pds refuse.

Le montant de la caution pour les élections locales sera fixé le 3 juillet. C’est le ministre de l’Intérieur qui a donné l’informa
tion hier à l’issue d’une rencontre avec les partis politiques et les indépendants. Auparavant, les parties prenantes ont fait différentes propositions. Le coordonnateur du Front de résistance nationale (Frn), a suggéré que la question du montant de la caution soit portée au niveau dialogue politique. «Nous avons mis en place la Commission cellulaire du dialogue politique pour discuter du mode de scrutin, du parrainage, etc. Donc, nous allons donner notre proposition dans ce cadre», a dit Moctar Sourang. Cependant, le Parti démocratique sénégalais (Pds) s’est démarqué du groupe et estime que ceux qui réclament que le sujet soit traité au niveau du dialogue politique, «sont complices du report des élections». «Nous, le Pds, nous disons que le dialogue politique ne nous engage pas, nous n’y prenons pas part. Donc, tout ce qui se dit là-bas ne nous engage pas», a précisé le Secrétaire national adjoint du Pds chargé des élections au Pds. «La question doit être tranchée au plus tard mercredi 3 juillet à 00h afin que nous soyons dans le respect strict du Code électoral qui dit, selon l’article L43, que le ministre doit arrêter la caution par arrêté au plus tard 150 jours avant la date de l’élection», a plaidé Maguette Sy. Le montant de la caution a quand même été débattu. Pour le représentant des non-alignés, Déthié Faye, elle ne devrait pas dépasser 5 millions. Alors que le représentant de la majorité, Benoit Sambou, suggère que la caution pour les élections départementales soit fixée à 15 millions par liste et 10 millions pour les élections communales par liste.

A son tour, le ministre de l’Intérieur a indiqué que l’essentiel est de trouver un consensus sur la question. «Même si vous trouverez une solution dans un mois ou deux, si tout le monde est d’accord, on en tiendra compte. Par contre, s’il n’y a pas consensus, on prend les dispositions du Code électoral. Donc, je pense que c’est encore possible de discuter et de trouver des consensus parce que c’est ça
l’objectif du dialogue», a insisté Aly Ngouille Ndiaye. Qui, sur un ton moqueur, a déclaré que c’est la première fois, depuis qu’il est ministre de l’Intérieur, qu’il est «totalement en phase» avec le Pds. Ces quelques mots, qui ont plongé la salle dans un éclat de rires, étaient une façon pour le ministre de l’Intérieur de saluer la position du Pds qui a rejoint la table des discussions.