PARTAGER

La pandémie ne sera plus brandie comme prétexte par certaines Fédérations pour reporter leur Ag de renouvellement. Après le volley-ball qui vient d’élire son nouveau président, ce sera au tour de la Fédé de handball le mois prochain, sur fond de polémique entre «anciens et nouveaux textes».

Le ministère des Sports semble décidé à «pourchasser» les Fédérations qui traînent les pieds pour tenir leur Ag de renouvellement.
Sous la pression de plus de 20 présidents de club, faite sur le président sortant Mamadou Ndoye, dont le mandat a pris fin depuis juin dernier, la Fédération sénégalaise de volley-ball a finalement tenu son Ag élective dimanche dernier. Avec à l’arrivée l’élection d’un nouveau président : Amadou Anna Sèye.

Le mandat de Seydou Diouf a pris fin depuis 2017
Du coup, après le volley, l’attention est maintenant braquée sur la Fédération sénégalaise de handball. Le mandat du président Seydou Diouf ayant expiré depuis 2017.
Du coup, depuis maintenant trois saisons, l’instance dirigeante de la «petite balle» tarde à organiser ses renouvellements finalement calés pour le 16 janvier 2021. Mais cela n’a pas empêché certains acteurs à sonner la révolte.
C’est le cas tout dernièrement de l’ancien sélectionneur national, El Hadj Abdoulaye Faye Badiane, qui s’indigne de la gestion «opaque» de la discipline par l’actuel bureau fédéral. Dans une déclaration à EnQuête, celui qui s’est déclaré candidat à la présidence de la Fédération dénonce des «dysfonctionnements à tous les niveaux, qui reflètent une carence notoire dans la gestion du cadre structurel et organisationnel». Et ce formateur de handball d’enfoncer le clou en s’insurgeant contre «l’illégalité» dans laquelle le bureau fédéral s’est installé depuis des années.

Des clubs exigent une «Ag avec les nouveaux textes»
En plus de l’expiration du mandat du président de la Fédération sénégalais de handball et son équipe, El Hadj Abdoulaye Faye Badiane dénonce la volonté de Seydou Diouf de tenir la prochaine Assemblée générale sur la base des anciens textes, contrairement aux directives du ministère des Sports de les mettre à jour. «Nous sommes surpris aujourd’hui de voir que l’Administration fédérale refuse de se conformer aux directives de la tutelle qui, depuis 2016, a demandé aux Fédéra­tions d’harmoniser leurs textes directeurs autour de ceux promus par les services ministériels et les acteurs du sport qui ont élaboré un nouveau cadre normatif pour de nouvelles règles dans la gouvernance du sport», s’est offusqué l’ancien sélectionneur national.
Malgré une date qui a été retenue pour la tenue de l’Ag et un calendrier proposé pour les Ag des Ligues, beaucoup de clubs exigent la tenue de l’Ag élective avec «les nouveaux textes».

La Fédération n’est pas prête à aller aux élections avec les nouveaux textes
Mais d’après certaines indiscrétions, la Fédération n’est pas prête à aller aux élections avec les nouveaux textes où il est bien mentionné que ce sont les présidents de club qui votent et non les présidents de Ligue et les cooptés comme par le passé. En clair, c’est avec les anciens textes que la «petite balle» va renouveler ses instances. Ce qui pourrait diviser la famille du handball, certains clubs ayant décidé de boycotter systématiquement les assises de janvier.
Du côté du ministère des Sports, on tient à la tenue de l’Ag élective du 16 janvier, en attendant de rapprocher les deux camps pour ou contre une «Ag avec les anciens textes». Exercice a priori très compliqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here