PARTAGER

Je n’ai pas écrit ce poème pour te chanter
Car tu es plus beau que le chant
Je n’ai pas taillé cette mesure pour peser tes largesses
Car tu es plus vaste que la grâce
Pas une baguette pour rythmer la cadence de tes mots
Car ta parole est belle et gracile
Tu ne commentes pas les commérages
Tu préfères les louanges
Car tu es plus haut que la colline
On ne peut que s’incliner devant ton élégance
Qui n’est que droiture et mesure
Rectitude et exactitude
Tu es l’étoile verte défaite du ciel de Bordeaux
Pour aller dormir a Nguéniène élégiaque et atterrée
Nguéniène, une terre en pleurs
Eplorée sous le choc
Et dans l’impitoyable écrasement
OTD
Tu fus une force sans bavure
Mais une douceur sans égal
Tu fus énergie sereine
Mais un patriote aux mains de rassembleur
Je n’ai pas écrit ce poème pour te pleurer
Il n’y a plus que je sache
De larmes dans l’encrier de mes souvenirs
Ton chemin est jonché d’immenses joies
Que tu as transmises aux jeunes socialistes
Tu es dans les temps d’or et de diamant
Donne-nous encore là où tu reposes
Dans le royaume du silence angélique
Ton légendaire tempérament qui tempère
Et calme le feu même le plus furax
Et qu’il devienne le legs de tout un Peuple
J’ai souvenance de tes mots justes
Me couvrant toujours d’éloge royal
«…Je suis confiant quand tu es là, ta présence rassure …»
A Senghor tu as redonné corps et âme
Qu’au ciel tu retrouveras
Repose en paix OTD dans la cité de lumière des hommes de Dieu
Pape FAYE
Comédien – Metteur en scène
Président de l’Association
des Artistes
Comédiens du Théâtre Sénégalais

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here