PARTAGER

L’adjoint au gouverneur chargé du développement, Ibrahima Ismail Ndiaye, a présidé hier un atelier sur la place de l’élevage dans le Plan Sénégal émergent organisé par la Maison des éleveurs de Thiès. Occasion pour les acteurs de plancher sur la question foncière, objet d’un bradage dans plusieurs localités de la région

Les éleveurs de la région de Thiès étaient en conclave, hier, à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Thiès. Une session de formation initiée par la Maison des éleveurs de Thiès (Mde). Il s’agissait de sensibiliser les éleveurs sur la place de l’élevage dans le Plan Sénégal émergent (Pse) et d’échanger sur les préparatifs de la Journée nationale de l’élevage (Jne) prévue le 08 décembre à Ndioum.
La pertinence d’une telle approche repose sur le constat fait que malgré l’adoption de mesures phares telles que les lois d’orientation agro-sylvo-pasto­rales et sur le vol de bétail, mais également le code pastoral en cours d’élaboration et l’organisation chaque année d’une journée nationale de l’élevage, le secteur est confronté à de nombreuses contraintes qui bloquent son développement, a expliqué le président de Mde. Il s’agit, a indiqué Ismaila Sow, «du vol du bétail, du problème foncier, de la forte vulnérabilité face aux changements climatiques et des difficultés d’accès aux ressources pastorales, entre autres problèmes». Aussi, M. Sow poursuivra, «l’exécution de ces programmes reste une entrave souvent liée à un manque de maitrise par certains acteurs de base des politiques de développement définies par l’Etat». D’où l’organisation de l’atelier, selon le président de la Mde, qui avait pour objectif de situer la place de l’élevage dans le Pse et de proposer des stratégies dans la mise en œuvre des projets et programmes de l’élevage déclinés dans le Pse.
Il s’agissait également de conscientiser les membres du Mde sur le thème de l’édition 2016 de la journée nationale de l’élevage et de définir la stratégie de mobilisation pour ladite journée, afin de développer le secteur de l’élevage. Devant une délégation du Conseil économique social et environnemental (Cese), les autorités administratives et techniques, les leaders de la Mde et d’autres organisations professionnelles d’élevage, les éleveurs de la région de Thiès ont fustigé la gestion foncière qui freine leur secteur d’activités. «A Thiès, plus particulièrement dans les communes de Mont Rolland et Notto Gouye Diama, notre principal problème c’est le foncier. Nous lançons un cri du cœur. Il y a des problèmes entre éleveurs et promoteurs,  mais également entre ces derniers et les agriculteurs. Parce que les promoteurs accaparent les terres de la région», a renseigné le membre du Cese, Ismaila Sow, qui a ajouté à l’endroit des autorités judiciaires : «Il y a beaucoup d’erreurs dans les procédures engagées contre des personnes arrêtées pour vol de bétail. Ce sont souvent des gens qui n’ont rien fait qui croupissent en prison à la place d’autres. Il faut que les hommes de loi et le système judi­ciaire  revoient leurs procédures».
Au terme de la rencontre, un document des propositions et recommandations pour une meilleure exécution des projets liés à l’élevage sera produit et remis au ministre de l’élevage, Aminata Mbengue Ndiaye.
nfndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here