PARTAGER

Pr Ibrahima Thioub est commandeur de l’Ordre des palmes académiques de la République française. Le recteur de l’université Cheikh Anta Diop de Dakar (Ucad) a reçu l’insigne des mains de l’ambassadeur Christophe Bigot. Il a été honoré, selon les autorités françaises, pour son rôle au développement des relations entre le Sénégal et la France dans les domaines de l’enseignement supérieur, de la recherche mais aussi dans le champ culturel. «C’est sans doute la plus belle décoration dans le monde universitaire. Cette décoration vient couronner les remarquables travaux du recteur Ibrahima Thioub : ses travaux scientifiques d’historien. Cela vient aussi couronner sa contribution au débat universitaire, aux réflexions sur l’histoire quand on sait qu’elles sont essentielles à tout Peuple qui veut se construire, qui veut avancer», a indiqué le diplomate français.
La cérémonie s’est en effet déroulée dans une bonne ambiance en présence du ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Cheikh Oumar Hann, de parents, d’amis et des représentants du monde universitaire. Médaille enroulée autour du cou, face au pupitre, le professeur a servi au public un cours magistral sur le noble métier d’instituteur. Dans son cours d’histoire qui rappelle ses débuts dans l’enseignement, Ibrahima Thioub a magnifié l’importance de l’instruction pour l’épanouissement de l’homme et pour la contribution dans le développement de son pays. Il est largement revenu sur le sens et la portée du service de l’Ecole publique, «bâtisseur de la République, de la Nation». Avec cette cérémonie, occasion ne pouvait être meilleure pour le recteur pour rendre un hommage aux enseignants. «Ma conviction reste forte qu’enseigner est plus qu’un sacerdoce, plus qu’un contrat mercantile entre l’Etat, l’enseignant et les parents, encore moins les élèves», a déclaré le recteur. Et d’ajouter : «C’est une distinction singulière pour une œuvre collective, l’œuvre que nous menons tous ensemble au service de l’éducation au niveau supérieur. Et moi, je l’ai commencée au niveau élémentaire. J’ai été instituteur. Je le suis toujours. Et ce sentiment qui m’habite aujourd’hui est de reconnaissance, disons du devoir accompli.»
Par ailleurs, Pr Ibrahima Thioub a lancé un appel à l’endroit des pouvoirs publics, des enseignants, des syndicats, des parents, des associations de la Société civile pour la sauvegarde et la réhabilitation de l’institution de l’école de la République.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here