PARTAGER

Les scores himalayesques que Macky Sall a eu dans le Fouta sont considérés par certains comme un vote ethnique. Mais le président du mouvement Pellital n’a pas la même lecture. En conférence de presse, Elimane Fall, qui a rejoint la mouvance présidentielle à la veille de la campagne électorale, a déclaré : «En réalité, il n’y a eu ni bourrage d’urnes, ni vote ethnique, encore moins vote d’enfants, dans la vallée du fleuve Sénégal durant l’élection présidentielle de février 2019. Ce qu’il y a eu, c’est un vote affectif, et rien de plus.» Ce conseiller de la commune de Bokidiawé en a profité pour rappeler au Président réélu ses promesses de campagne pour la région de Matam, qui est restée «fidèle» à la mouvance présidentielle. «Il y a un retard criard d’infrastructures de base, la reconstruction de la Rn2, le bitumage de la route du Dandé Mayo, l’aménagement effectif de la rive gauche du fleuve Sénégal, l’électrification des villages du Diéri», énumère M. Fall. En outre, il rappelle que la santé reste «une priorité» tout comme l’emploi des jeunes de la région de Matam qui, relève-t-il, «manquent de formation professionnelle». Mieux, ajoute le leader de Pellital, «la réforme des institutions serait vaine si l’école est laissée en rade et si le statut de la femme rurale n’est pas pris en compte dans toutes les instances de décisions».
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here