PARTAGER

Le comité de  surveillance du quai de pêche de Téfess a interpellé deux embarcations qui se préparaient à convoyer des migrants. Ce qui donne ainsi un écho favorable à l’appel  de Badou Ndoye, Jaraaf de Mbour, qui invitait les acteurs de la pêche à surveiller le quai de pêche et à dénoncer toute personne qui essayerait de prendre une embarcation pour tenter illégalement l’aventure en Europe.

L’appel  de Badou Ndoye,  Jaraaf de Mbour, demandant aux acteurs de la pêche de surveiller le quai de pêche et de dénoncer toute personne qui serait tentée de prendre la pirogue pour une émigration en Europe, commence à porter ses fruits. En effet, hier, le comité de  surveillance du quai de pêche de Tefess a interpellé deux équipages d’embarcation qui se préparaient à convoyer des candidats à l’émigration clandestine.
La première embarcation avait à son bord 87 migrants. L’équipage de la deuxième, même s’il a réussi à s’échapper, n’a emporté aucun candidat avec lui. Car, il a laissé sur la rive ses passagers et ses bidons d’essence qui devaient assurer le voyage d’ici l’Espagne.
Malgré la centaine de morts notée à Mbour suite à l’émigration clandestine, les passeurs s’entêtent à organiser toujours le voyage et les jeunes migrants également plus que déterminés à embarquer dans des pirogues de fortune pour rejoindre les Iles Canaries.
Depuis la recrudescence de cette immigration clandestine, la Petite-Côte est devenue le point de convergence des passeurs et des migrants et la porte d’entrée pour l’Espagne. Le quai de pêche de Mbour est devenu le lieu d’embarcation car la ville offre des commodités pour l’hébergement des clandestins mais également il n’y a pas de grosses difficultés pour les pirogues de naviguer car la mer est souvent calme au niveau de cette zone.
Mais depuis un certain temps, les acteurs de la pêche se sont organisés pour mettre en place des stratégies pour surveiller les mouvements au niveau du quai de pêche. En intelligence avec les Forces de l’ordre, ces mesures commencent à porter leurs fruits car le comité de surveillance a réussi hier à mettre la main sur 87 migrants pour les empêcher de partir en mer.
En plus du matériel saisi, les personnes interpellées ont été conduites au commissariat urbain de Mbour. Elles seront déférés au Parquet dans les heures à venir en attendant leur face à face avec le procureur de la République.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here