PARTAGER

L’Espagne est débordée par l’afflux de migrants. Le Quotidien a appris des sources basées au niveau des Îles Canaries, qui continuent de recevoir des caravanes de pirogues de manière quotidienne, qu’au moins 500 personnes ont atterri dans cet archipel espagnol ce samedi. D’après nos interlocuteurs, 90% sont des Sénégalais et viennent essentiellement de Mbour et de Joal.
Dans son édition du mardi dernier, Le Quotidien révélait que plus de 2 000 personnes avaient réussi à rallier les côtes espagnoles au péril de leur vie. Et tout s’accélère à un rythme incroyable qui dépasse aussi bien les autorités sénégalaises que celles espagnoles. Les pirogues se suivent comme dans une course effrénée et réussissent à contourner les services de surveillance des eaux comme la Marine nationale et le Frontex. Selon infoMigrants, les arrivées d’exilés aux Canaries ont atteint en septembre des niveaux inédits depuis la grande vague migratoire de la seconde moitié des années 2000, lorsque des dizaines de milliers de personnes avaient débarqué sur cet archipel espagnol proche des côtes africaines. Pourtant l’an dernier, l’Espagne, dit ce système d’informations sur les migrations, a augmenté son aide financière au Maroc et à la Mauritanie afin de sécuriser les frontières.
A cause de la dégradation de la situation sécuritaire en Libye, notamment après les révélations de vente aux esclaves, les mi­grants ont décidé de changer de direction en prenant le chemin des Canaries où la répression des passeurs se met en place. Mer­credi dernier, l’un d’entre eux a été condamné à huit ans de prison et à une amende de 160 mille euros par un Tribunal des Ca­naries, après le naufrage du ba­teau qu’il conduisait et qui a en­traîné la mort de trois personnes, deux femmes et un bébé d’un an.

1 COMMENTAIRE

  1. L’espoir de ces pêcheurs qui veulent rallier l’Europe n’est plus dans leurs filets. Nos eaux sont orphelines de poissons.Les Chinois ne leur laissent rien.Ceux qui donnent les licences n’ont pas de coeur. Dieu les punira .

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here