PARTAGER

L’Uni social a offert une tonne de denrées alimentaires à l’Association L‘Empire des enfants. La cérémonie de remise de ce don a eu lieu samedi dernier dans les locaux de l’association dont la présidente est Mme Anta Mbow. Tout en se réjouissant de ce geste qui, selon elle, symbolise «l’attention qu’Uni social de l’Eglise universelle porte aux enfants dudit centre», Mme Anta Mbow a fait appeler à la responsabilité des parents pour concrétiser l’objectif fixé qui est d’arriver à «zéro enfant dans la rue».
«Il faudra que les parents reprennent leur responsabilité. Nous ne voulons plus qu’il existe  d’empire en ce sens. Si tous les parents reprennent leur responsabilité, si tous les parents disent que je n’ai plus à confier mon enfant dans un groupe d’enfants qui est à 600 km, 1 000 km de chez moi.  Ça c’est l’irresponsabilité aussi qui fait augmenter la capacité des enfants dans la rue», a plaidé  Mme Anta Mbow en recevant pour le compte de l’Empire des enfants un don de vivres alimentaires de l’Uni social. «Depuis le Covid-19, beaucoup d’enfants sont retournés chez eux. Et depuis, beaucoup sont revenus. Et là, c’est pour nous dire qu’on est là. Il y a des gens qui disent que la maladie était finie et ont encouragé les enfants à revenir sur Dakar», indique Mme Mbow  tout en rajoutant «que l’approche qu’on avait faite est que quand vous rentrez, rester chez vous. On pourra venir vous aider parce qu’il nous arrive de soutenir des enfants qui sont rentrés en Guinée Conakry, en Guinée Bissau. Là on a des élèves qui vont à l’école autour de nous. On s’est battu pour mettre les enfants à l’école en attendant de régler leur problème. Notre objectif principal c’est le retour en famille. Au Sénégal et particulièrement partout, c’est la famille qui est le pilier, l’enfant doit être avec sa fa­mille».
Créé en 2003, l’Empire des enfants est un centre qui accueille «tous les enfants qui sont en situation de rue. Des enfants qui se sont sauvés des daaras, des enfants perdus. Des enfants qui ont quitté la famille parce qu’ils ont des problèmes dans la famille». «C’est la police qui nous emmène des enfants, la gendarmerie et les sapeurs-pompiers», informe Mme Mbow qui renseigne que «même un enfant issu de famille aisée peut se retrouver là parce qu’il a peur». «C’est arrivé un jour à l’école. Il (un enfant) est  parti regarder un match de football et on lui a volé son sac. Il est arrivé à l’Empire et m’a dit : ‘’Mon père va me frapper. Pourquoi ? Parce que j’ai perdu mon sac. Au retour de l’école, je ne suis pas allé à la maison’’. Je pars avec l’enfant à la maison et je dis à ses parents : ‘’Si vous ne faites pas attention, il sera un client de l’Empire»», raconte-t-elle.
Connaissant les difficultés quotidiennes d’une mère de famille pour trouver à manger à une cinquantaine de personnes, Mme Anta Mbow apprécie à sa juste valeur le don. L’Uni social dit n’avoir fait qu’assister des enfants qui sont dans le besoin. «Nous savons que nous vivons des moments de pandémie. Et c’est difficile pour tout le monde. Nous sommes au moins venus apporter un soutien. Nous savons que les enfants sont dans le besoin. On ne peut pas faire tout, mais nous aidons avec ce que nous avons», a dit pasteur Joseph Pierre Dionne, représentant de l’Uni social de l’Eglise universelle, qui a une branche qui intervient dans le social.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here