PARTAGER
Mouhamadou Makhtar Cissé, ministre du Pétrole et des énergies.

La Société nationale d’électricité avait émis sur le marché financier de l’Uemoa, du 20 février au 20 mars 2018, un emprunt obligataire par appel public à l’épargne pour un montent indicatif de 30 mil­liards de francs Cfa. Au finish, la Senelec a réussi à lever un montant de 38 milliards 250 millions de de francs Cfa, un résultat supérieur à l’objectif initial.

L’emprunt obligataire par appel public à l’épargne lancé par la Senelec a été sanctionné positivement. La Société nationale d’électricité a réussi à lever 38 milliards 250 millions de francs Cfa, alors qu’elle ne cherchait qu’un montant de 30 milliards de francs Cfa. L’opération a été lancée sur le marché financier de l’Uemoa du 20 février au 20 mars 2018, en vue de mobiliser des ressources longues pour le financement en partie de la 1ère phase de son plan stratégique Yeesal Senelec 2020.
Il s’agit d’une opportunité de placement qui offre une rémunération (taux d’intérêt) de 6,5% par an, net d’impôts pour les résidents au Sénégal. Selon Babacar Diaw, Directeur général d’Impaxis qui a présenté les résultats, la durée de l’emprunt est de 7 ans dont deux de différé, alors que les intérêts seront payés semestriellement à partir de la date de jouissance des titres fixés au 27 mai 2017. «Le remboursement du capital sera aussi semestriel à raison du paiement du dixième (1/10) du capital (après quatre semestres de différé)», lit-on dans le rapport d’Impaxis. Les souscriptions étaient ouvertes à toute personne physique ou morale résidente ou non dans l’espace Uemoa.
Globalement, 19 Sociétés de gestion et d’intermédiation (Sgi) sur les 29 de l’Uemoa, membres du syndicat de placement, ont participé à la collecte des souscriptions. Le directeur d’Impaxis explique que l’emprunt obligataire a été favorablement accueilli par le marché sans une exigence de garantie de la part des investisseurs. Les deux membres du consortium Cgf Bourse et Impaxis ont assuré 81,66% du placement de l’opération, soit une collecte totale de 31 milliards, 234 millions, 950 mille francs Cfa sur les 38 milliards, 250 millions de francs Cfa collectés. L’apport des personnes physiques s’élève à 8,83%, soit 3 milliards 377 millions 580 mille francs Cfa et celui des personnes morales à 91,17%. Aussi, 78,09% des souscripteurs résident au Sénégal, alors que 83,44% des souscriptions sont réalisées au Sénégal.
Pour le Directeur général de la Senelec, Mouhamadou Makhtar Cissé, le succès de cette opération est un excellent signal. «Ce montant confirme une bonne nouvelle qui est l’attractivité de notre pays. C’est-à-dire que le Sénégal continue à être une destination attractive pour les investisseurs de la sous-région et du monde. Pour la petite Senelec, il y a eu des entités hors Uemoa qui ont souscrit pour près de 3 milliards de francs Cfa. Ce qui est un excellent signal si l’on sait lire les signes», a déclaré Mahamadou Makhtar Cissé. L’ancien ministre de l’Energie estime par ailleurs que l’attractivité du pays est un combat pour les entités publiques comme privées. «C’est toujours un test d’aller sur les marchés. Cela peut réussir ou ne pas réussir. Mais, cet afflux de souscription sur un mois dans l’Uemoa témoigne de l’attractivité de notre pays», se réjouit-il.

ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here