PARTAGER

Après 10 jours de grève, les camionneurs ont décidé de lever les pieds après une rencontre avec le ministre des Infras­tructures, des transports et du désenclavement. A la suite de celle-ci, les routiers ont levé leur mot d’ordre de grève. Autour de la table, les plénipotentiaires ont essayé de trouver une issue à la plateforme revendicative qui portait essentiellement sur les tracasseries imputées aux Forces de l’ordre et à la douane. Il s’agit entre autres de la non délivrance de reçus du Trésor public au titre des amendes infligées, du cumul des infractions lors d’un contrôle alors que leur montant ne doit pas dépasser 6 000 F et du double contrôle à l’entrée et aux sorties des villes. Sans oublier la non-présence de l’escorte douanière, et aussi le contrôle des camions chargés par les indicateurs douaniers. Sur cette question, des engagements ont été pris par le gouvernement pour calmer les grévistes.
Il reste la question du pesage qui est entière. Selon le protocole d’accord, «les frais forfaitaires de pesage de 2 000 F, négociés par le passé, à défaut des dispositions du contrat de concession, seront appliqués. Toutefois, les discussions sur cette question seront ouvertes lors de la réunion du Comité national de suivi du 5 janvier 2021». En outre, Mansour Faye a annoncé la mise en place d‘un «Comité interministériel de suivi des points retenus, qui va regrouper les services de l’Etat et les acteurs du transport. Ainsi, le déroulement d’une campagne de sensibilisation en direction des agents de contrôle, des forces de sécurité et de défense sur le respect des montants des amendes liées aux infractions telles que prévues par la réglementation. Et enfin l’aménagement des parkings gros porteurs de certaines villes sur les corridors».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here