PARTAGER
Amadou Ba, ministre le l’Economie, des finances et du plan

Le Sénégal paufine son dossier avant d’émettre son Eurobond. Amadou Ba, qui est en tournée de sensibilisation sur la question, se rend compte chaque jour que les performances du pays sont louées par tous les spécialistes.

Le Sénégal cherche à obtenir 750 millions de dollars sur le marché financier international, à un taux de remboursement des plus favorables, et sur des délais pouvant atteindre les quinze ans. En prélude à ce lancement qui devrait intervenir dans les semaines à venir, le ministre de l’Economie, des finances et du plan, Amadou Ba, est en tournée dans les grandes capitales de la finance occidentale. Il se trouvait hier à Los Angeles, aux Etats-Unis, pour des contacts avec des milieux financiers après des entretiens jugés très prometteurs à Londres, notamment.
Les experts financiers de la capitale britannique ont été bluffés par la qualité du dossier sénégalais, à en croire des échos rapportés par la presse spécialisée de Londres. Ainsi, Reuters fait parler certains analystes qui affirment que «parmi les pays africains qui cherchent à lever des fonds sur le marché international actuellement, le Sénégal est une gemme». Mme Carmen Altenkirch, qui a fait ce commentaire pour nos confrères anglais, est analyste de la dette souveraine à Axa investments managers à Londres. Elle justifie son appréciation par, selon elle, «une croissance solide, supportée par des réformes qui commencent à devenir profitables. En plus, la politique fiscale est très prudente, malgré des investissements dans les infrastructures». Même la réforme des méthodes des comptes nationaux trouve grâce à ses yeux, et elle finit par conclure : «Difficile de trouver quelque chose de négatif à dire sur eux, sinon que l’économie est encore étroite, et par conséquent assez vulnérable.»
Il n’empêche qu’un autre analyste rencontré par la délégation conduite par Amadou Ba à Londres estime que le pays n’aura pas de mal à trouver acquéreur pour son Eurobond, étant donné le flot des ressources financières qui affluent vers les pays émergents, et surtout la forte crédibilité financière du pays. Au cours de toutes leurs conversations, la délégation sénégalaise a mis en avant les réalisations faites dans le cadre du Plan Sénégal émergent qui a été présenté comme le cadre du développement du Sénégal. Un autre spécialiste a fini par résumer l’appréciation de ses confrères en déclarant que le Sénégal n’a à rougir de ses performances devant aucun de son rang.
Il n’empêche que dans les débats à l’intérieur du pays, certaines personnes estiment que cette nouvelle levée de fonds à l’international ne contribue à affaiblir la position financière du pays. Un avis qui semble aller à l’encontre de l’appréciation des partenaires financiers internationaux.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here