PARTAGER

Le président de la République, Macky Sall, a bouclé, hier, la dernière phase des travaux d’aménagement de l’esplanade de la mosquée Seydi Ababacar Sy inscrite dans la phase d’urgence du programme spécial de modernisation de la ville de Tivaouane pour un coût global de 7 milliards.  Le chef de l’Etat qui a été hier l’hôte de la sainte famille de Mame Maodo pour les besoins du Maouloud, a profité de son séjour pour inaugurer la Résidence des hôtes baptisée «Palais El Hadji Mansour Sy Maodo». Aussi il est revenu sur la dépravation des mœurs en mettant en cause la responsabilité des médias.

La ville de Tivaouane est maintenant dotée d’une Résidence des hôtes dénommée El Hadji Mansour Sy «Maodo». Le président de la République, Macky Sall, qui a procédé, hier, à son inauguration, indique que le Programme spécial de modernisation de la Ville sainte de Tivaouane va se poursuivre : «Nous l’avons démarré l’année dernière avec l’inauguration de la première phase. Nous venons cette année de boucler la deuxième phase avec l’inauguration de la Résidence des hôtes.» Un programme d’urgence composé entre autres d’un complexe d’accueil, d’une salle des grands événements de 1300 places, de deux résidences s’étendant sur deux niveaux pour les hôtes de marque du khalife, un complexe multifonctionnel qui comprend un auditorium de 700 places, deux salles de séminaires, une salle des banquets de 1200 places, une bibliothèque, un musée et des appartements. Le chef de l’Etat, pour qui, «il faut des infrastructures modernes di­gnes de ce nom pour la ville de Tivaouane», a promis fermement de poursuivre les travaux des chantiers de construction de la grande mosquée de Tivaou­ane. Il pense que «certains chantiers, telle que la construction d’infrastructures dans les cités religieuses, doivent être pris en charge par l’Etat. D’où la mise en œuvre du Programme spécial de modernisation des cités religieuses par l’Etat du Sénégal». Il justifie la nécessité de ces infrastructures modernes par le fait que les cités religieuses drainent beaucoup de monde lors des grands événements religieux. «Ce serait une erreur de regarder nos foyers religieux aller se débrouiller ailleurs à la recherche de moyens pour leur modernisation. Rien que pour ça nous devons fermement nous atteler à la modernisation de toutes les cités religieuses sur le territoire national», a dit le Président Macky Sall, qui est revenu sur le sens du Gamou, une occasion pour lui d’insister sur l’éducation des fidèles musulmans sur la base des valeurs prônées par le Prophète Mohammad (Psl).

Dépravation des mœurs
S’offusquant des proportions inquiétantes atteintes par la crise des valeurs au Sénégal, Macky Sall d’insister sur l’urgence qu’il y a pour les chefs religieux de redoubler d’efforts sur les enseignements de la parole de Dieu, le Coran, afin de restaurer un certain nombre de valeurs islamiques. Mais également de «protéger notre islam, l’islam de Mohammad (Psl), celui de la paix contre l’extrémisme». «Au Sénégal, nous fondons beaucoup d’espoir sur la stratégie adoptée par nos foyers religieux par rapport à cette éducation spirituelle. D’autant qu’à travers l’enseignement des valeurs islamiques, la pacification de la société sénégalaise ne souffrirait d’aucune faille». Pour dire, selon le Chef de l’Etat, que les religieux ont un important rôle à jouer dans l’orientation des jeunes sur la voix indiquée à travers les enseignements des Saints Hom­mes, qui leur éviteraient de sombrer dans le djihadisme.

Macky indexe les médias
Le Président Macky Sall s’est désolé d’un «certain libertinage qui, en fait, n’est qu’une aliénation née de toutes les agressions. Nos enfants se disent que ce qu’ils voient tous les jours à travers la télé, le net, est une bonne chose qu’ils doivent adopter au nom de la liberté. Conséquence : une débauche généralisée». Selon Macky Sall, «ce qui semblait être la trilogie éducative et ludique de tout organe de presse, à savoir informer, éduquer, distraire est, aujourd’hui, dé­vo­yé, vidé de sa substance. Tant les chaines de télévision semblent, aujourd’hui, des foyers de débauche et de  perversion pour des jeunes et moins jeunes ». Et de poursuivre : «l’Etat en tout cas va jouer sa partition. S’il faut revoir les lois sur nos mœurs, les images, les paroles, nous allons les revoir pour appliquer des sanctions parce qu’une personne qui ne connait pas ses valeurs et ses convictions n’est pas un être humain».  Ainsi le chef de l’Etat de demander aux hommes de médias «de ne pas oublier que nous sommes dans une société à majorité musulmane et composée de chrétiens, qui ont tous des valeurs. Il faudrait donc qu’ils en prennent compte pour éviter de divulguer tout ce qui est à leur portée. Qui pourraient être des choses nuisibles à nos valeurs. De pareilles choses n’ont jamais existé au Sénégal et ce ne sera donc pas aujourd’hui que nous laisserons ces tares persister», a-t-il laissé entendre. Avant d’inviter les religieux à aider l’Etat dans la sensibilisation des populations. Il a par ailleurs salué le rôle que le porte-parole de la famille Sy est en train de jouer dans la stabilisation du pays mais également entre les confréries, tout comme en ce qui concerne l’éducation des jeunes à partir des valeurs islamiques.
Le Président Macky Sall ne terminera pas sans revenir sur le sens du Gamou qui, dit-il, «est un daara pour éduquer l’humanité». D’où la nécessité pour les fidèles d’en profiter, a-t-il estimé, avant de solliciter des prières pour la paix et la concorde nationale mais également pour la réussite de son programme économique, le Plan Sénégal émergent.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here