PARTAGER

La Senelec a lancé hier son Nouveau système d’information à la clientèle (Nsic). Les avantages de cet outil vont permettre de rapprocher davantage l’entreprise de ses clients.

La Senelec (Société nationale d’électricité) a lancé hier son Nouveau système d’information à la clientèle (Nsic) dont le nom commercial est H2mc. Il s’agit, selon le responsable du projet, d’un outil de dernière génération grâce auquel l’entreprise aura des rapports plus humanisés avec ses clients. «Aujourd’hui, aucun client de Senelec ne peut être coupé par surprise. Quand la facture est éditée, il est informé par sms. Avant l’échéance, il va recevoir un sms. Deux jours après l’échéance, il reçoit un sms et un autre sept jours après l’échéance. Les clients sont de bonne foi, mais parfois ils oublient de payer», a soutenu Oumar Kandé.
L’autre avantage est l’envoi de la facture par e-mail aux clients partenaires d’affaires. S’y ajoute l’existence d’une agence en ligne qui permettra aux clients de faire toutes les demandes d’abonnement, des réclamations, des suivis… Aussi avec le Nsic, le travail sera plus facile pour les agents sur le terrain qui vont faire moins d’erreurs, car ils seront munis sur le terrain de tablettes à la place du papier, lesquelles leur permettront de faire toutes les saisies relatives à la relève et aux interventions sur le terrain et pourront avertir les clients avant de débarquer chez eux en cas d’intervention.
Le système a été lancé hier par le nouveau ministre du Pétrole et des énergies, Mouhamadou Makhtar Cissé, qui était jusque-là le directeur général de la Senelec. «Les entreprises qui se développent sont celles qui acceptent de jouer le jeu de la performance, de la modernité, de la transparence. C’est ce choix que nous avons. Nous voulons que notre pays ait ce qu’il y a de mieux dans le monde», a dit M. Cissé.
En Afrique, le Sénégal est le troisième pays à disposer de ce genre de système, après le Maroc et l’Afrique du Sud. Le projet s’inscrit dans le cadre du plan Yessal Senelec. Le premier cycle de facturation sera lancé dès ce week-end et les cycles de relance des clients suivront. «La complexité des données, l’exigence de plus en plus grandissante des clients qui veulent avoir la transparence sur la facturation exigent qu’on ait un outil puissant pour recueillir les données, les traiter, les stocker et les distribuer. Cette complexité de ces interactions entre les clients et l’opérateur que nous sommes nécessitait d’avoir un outil de rang», a indiqué Mouhamadou M. Cissé.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here