PARTAGER

Fruit d’un partenariat entre l’Ecole supérieure polytechnique de Dakar et l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne à travers le Pv-Lab, le centre de test des systèmes solaires vise à former environ 200 techniciens évoluant dans le secteur de l’électricité au Sénégal. Il inclura également un volet «recherche appliquée» adapté au contexte régional ainsi qu’un soutien technique aux entreprises mis en œuvre par le Centre de tests des systèmes solaires photovoltaïques (Ct2s). Le Ct2s a auparavant bénéficié d’un financement de la Repic (Plateforme suisse de financement innovant Nord-Sud) pour sa phase de démarrage. Ce programme vient renforcer son plateau technique. Ce projet soutenu par la Suisse bénéficie également de l’appui de la France et du Canada, à travers respectivement les structures Meridiam et le Crdi (Centre de recherches pour le développement international).
Déjà, des acteurs de secteurs ont bénéficié d’une formation en ligne avec les ambitions de diversification des sources de production électriques du Sénégal. Celle-ci sera créatrice d’emplois et aura un impact direct sur la capacité de gestion de la production et de la distribution de l’énergie solaire par la Senelec, facilitant ainsi la transition vers les énergies renouvelables au Sénégal.
A en croire l’ambassadeur de la Suisse à Dakar, le Sénégal bénéficie d’un taux d’ensoleillement parmi les plus élevés au monde. Dans son propos, elle révèle qu’au Sénégal, la demande est manifeste puisque 45% des Sénégalais n’ont pas accès à l’électricité. Pendant ce temps, les prix des installations solaires baissent régulièrement et cela depuis dix ans. «En même temps, dit-elle, les projets d’exploitation des énergies renouvelables fleurissent partout en Afrique, donc tous les voyants sont au vert. Pourtant, l’énergie solaire est sous utilisée dans les pays en voie de développement.»
Pour la diplomate, l’énergie photovoltaïque représente une source d’énergie presque gratuite. C’est dans ce sens qu’une collaboration innovante mettant en valeur les compétences et les expertises complémentaires du Crdi et de Meridiam, ainsi qu’un intérêt commun pour le développement durable en Afrique de l’Ouest a été signée. Il s’agit en effet, d’un projet universitaire qui permettra aux investisseurs à long-terme de prolonger leur engagement pour le développement du secteur des énergies renouvelables en Afrique et au Sénégal en particulier, mais également de poursuivre leur implication pour le renforcement des capacités en Afrique.
Le Centre de test des systèmes solaires (CT2S), lancé ce lundi à Dakar et soutenu par la Suisse, a pour vocation d’assurer la promotion des énergies renouvelables dans les pays en développement par un savoir-faire technologique. Ce centre, qui sera accessible à tous, offrira d’une part aux entreprises la possibilité de tester la qualité de leur matériel et proposera d’autre part des conseils pour que les meilleures pratiques soient mises en place.
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here