PARTAGER

L’idée de muer l’Association Saint-Louis jazz, chargée d’organiser le Festival international de jazz de Saint-Louis, en fondation a rencontré l’assentiment du ministre de la Culture. Abdou Latif Coulibaly qui présidait la cérémonie d’ouverture de la 26ème édition du Saint-Louis jazz a promis d’accompagner ce processus.

Abdou Latif Coulibaly a fait savoir que l’Etat qui soutient déjà le Saint-Louis jazz pour avoir endossé toutes les charges liées à la technique et aux installations va continuer sur cette lancée pour deux raisons essentielles. D’abord, parce que Saint-Louis est une ville d’histoire, et puis le festival est un événement important qui compte parmi les plus grands festivals. Le ministre de la Culture a surtout levé une grosse épine des pieds de l’Association Saint-Louis jazz qui, depuis près de deux ans, agite le projet de transformer l’association en fondation pour une meilleure organisation.
Ce projet qui tarde à être matérialisé a été évoqué par le président de l’association, Me Ibrahima Diop, qui a fait savoir dans son discours que c’est un projet qui tient à cœur les organisateurs qui ont besoin d’insuffler un sang neuf à l’organisation, afin de pérenniser le festival devenu aujourd’hui un évènement majeur de l’agenda culturel de la ville de Saint-Louis, de l’Afrique et du monde. Abdou Latif Coulibaly qui a souligné que le Festival de jazz de Saint-Louis est une fierté pour le gouvernement du Sénégal, a loué sa dimension internationale. «Les notes de jazz qui s’élèvent sur Saint-Louis depuis plusieurs années jusqu’à cette 26ème édition témoignent du fait que les Saint-louisiens ont beaucoup travaillé pour faire de ce festival ce qu’il est devenu», a dit le ministre. Pour lui, Saint-Louis jazz n’a rien à envier aux autres festivals à travers le monde. Il a par ailleurs assuré l’Association Saint-Louis jazz du soutien de son ministère. «Vous nous aurez toujours à vos côtés», a-t-il déclaré, avant de faire savoir qu’il adhère entièrement au projet des organisateurs consistant à mettre sur pied une fondation chargée de tenir le rênes du festival et qui permettra de créer de l’attractivité aussi bien pour les festivaliers que pour les musiciens.
Mieux M. Coulibaly a révélé que le gouvernement va accompagner l’Association Saint-Louis jazz dans l’élaboration du projet, mais aussi pour éviter les pièges d’ordre économique et juridique, notamment les écueils liés à une éventuelle intervention de la Cour suprême qui, en de pareilles circonstances, doit émettre un avis consultatif avant que le gouvernement ne prenne une décision finale. Abdou Latif Coulibaly ne compte pas s’arrêter-là, car il a fait savoir son vœu de participer à la mobilisation des fonds nécessaires au bon fonctionnement de la future fondation.
Auparavant, la maire de la ville, Amadou Mansour Faye, a fait savoir que la mairie prêtera plus d’attention au festival qui bénéficie déjà du soutien personnel du président de la République qui donne annuellement une enveloppe.
cndiongue@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here