PARTAGER

Le rapport final de l’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel (Eri-Esi) que vient de publier l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) évalue le taux de chômage au Sénégal en 2017 à 2,9%, soit 118 mille 608 individus, au sens du Bureau international du travail (B

«Les résultats de l’Enquête régionale intégrée sur l’emploi et le secteur informel (Eri-Esi) montrent qu’au Sénégal le taux de chômage est estimé à 2,9% en 2017, soit 118 mille 608 individus», révèle le rapport final que vient de publier l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd). Au sens du Bureau international du travail (Bit), «est considérée en situation de chômage, toute personne en âge de travailler qui : i) était sans emploi au cours des 7 derniers jours ou de la semaine de référence, ii) a fait des démarches pour chercher un emploi en échange d’une rémunération ou d’un profit au cours des 30 derniers jours ou d’un mois de référence et iii) se déclare disponible sur une période de deux semaines pour occuper un emploi ou mener une activité rémunératrice».
Le document mentionne ainsi que «le chômage affecte davantage les femmes (3,2%) que les hommes (2,7%). Les taux les plus élevés sont obtenus avec la tranche d’âge 15-24 ans (4,8%), les personnes ayant le niveau secondaire (6,8%) et supérieur (8,9%)».
Au niveau régional, note l’Ansd, «le taux le plus élevé est noté à Kolda où il est évalué à 5,9%». De l’avis des enquêteurs, la faiblesse du taux de chômage pourrait s’expliquer en grande partie par le fait que la définition standard du chômage, qui met l’accent sur le critère de «recherche de travail», pouvait s’avérer restrictive dans des pays comme le Sénégal où les canaux de recherche de travail sont inopérants voire inexistants et le marché du travail largement inorganisé.
Lancée en 2017, l’Eri-Esi, selon Amadou Hott, ministre de l’Economie, de la coopération et du plan, qui a préfacé le rapport final, «devait fournir aux Etats membres de l’Union économique et monétaire ouest africaine (Uemoa) des statistiques harmonisées sur l’emploi et la main-d’œuvre ainsi que des données sur le secteur informel en vue d’alimenter les années de base dans le cadre de la migration des comptes nationaux vers le Système de comptabilité national (Scn) 2008».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here