PARTAGER

Les 20 personnes qui seraient impliquées dans la tuerie de Bofa-Bayotte ont été déférées hier sous haute sécurité au Tribunal régional de Ziguinchor. Mais elles ont fait l’objet d’un retour de Parquet.

L’enquête sur la tuerie de Bofa-Bayotte entre dans son volet judiciaire. Les 20 personnes présumées impliquées dans ce drame ont été déférées hier, après plusieurs jours de garde à vue à la gendarmerie qui n’a pas traîné dans ses investigations. Mais elles ont fait l’objet d’un retour de Parquet et devront refaire face ce vendredi au procureur de la République près le Tribunal de grande instance de Ziguinchor.

Deuil à Bayotte-Est
Ce défèrement tombe dans un contexte de deuil à Bayotte-Est avec le décès de Bourama Toumboul Sané, président du Comité inter-villageois pour la gestion de la forêt de Bayotte-Est, qui était entendu dans le cadre de cette enquête mardi dernier à la gendarmerie. Il était convoqué ce mercredi. Victime d’un malaise, il est mort hier aux urgences de l’Hôpital régional de Ziguinchor.
Bourama Toumboul Sané était le président du Comité inter-villageois pour la gestion de la forêt du Bayotte-Est qui regroupe 6 villages (Badème, Touba­couta, Bofa-Bayotte, Bougou­youye, Bagam et Katouré). Rési­dant à Ziguinchor et originaire du village de Badème, toujours abandonné par ses populations, il était beaucoup engagé dans le retour des populations déplacées au niveau de leur terroir.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here