PARTAGER

Le rapport de la deuxième enquête de satisfaction des utilisateurs des produits du Système statistique national (Ssn) réalisé par l’Ansd a été publié, hier. Entre autres, le document révèle que 85 et 90% des répondants sont satisfaits des données statistiques économiques.

Au Sénégal, le taux d’utilisation des statistiques officielles est moins intense. En effet, relève le rapport de la deuxième enquête de satisfaction des utilisateurs des produits du Système statistique national (Ssn) publié hier, seuls près de 40% des enquêtés les utilisent. Lorsqu’il s’agit des statistiques du commerce extérieur, le taux d’utilisation est de 39,3% ; pour les données statistiques sur la balance des paiements, 41,4% ; les statistiques sur la production industrielle, 41,5%, et les statistiques sur la fécondité, 41,8%. Dans ce classement, il est noté que les catégories de statistiques les plus utilisées demeurent celles relatives à la population. Le taux d’utilisation de ces données est estimé à 74%. Celui des données relatives au Produit intérieur brut (Pib), au revenu, à 69%, l’emploi, 65% et les statistiques sur les finances publiques, 64%, selon les résultats de l’enquête de satisfaction menée par l’Agence nationale de la statistique et de la démographie (Ansd) après celle de 2015.
Ce travail a permis de déterminer le niveau de satisfaction des utilisateurs des produits statistiques du Ssn. Le rapport montre aussi, que le niveau d’appréciation des statistiques économiques se situe entre 85 et 90% des répondants. Et sur ce point, il a été révélé qu’environ 9 personnes/10 ont une appréciation positive de ces statistiques particulièrement, pour les statistiques de prix avec 68% des répondants qui les jugent de bonne qualité, tandis que 50% les trouvent de qualité moyenne.
Selon toujours les services de Babacar Ndir, Directeur général de l’Ansd, les données sur l’environnement, l’agriculture et la météo restent fortement appréciées avec plus de 80% de répondants qui louent leur qualité.
Mais en revanche, l’appréciation est moins bonne pour les données des Eaux et forêts, les statistiques sur les matières premières et les données régionales.
Pour ce qui est du classement des sources les plus utilisées pour l’obtention de statistiques officielles, les publications de l’Ansd ont été rangées au premier rang avec 58,2% suivies par celles de la Bceao, 27%, de la Direction de la planification et de la réforme de l’éducation (Dpre), 17,8% et de la Direction de l’analyse, de la prévision et des statistiques agricoles (Dapsa), 15,2%, au moment où 18,8 % des enquêtés consultent d’autres sources.
Par ailleurs, l’enquête a dé­montré les motifs d’utilisation de ces statistiques officielles. Pour la plupart du temps, 41% des répondants utilisent les données à des fins d’élaboration de politiques et programmes, 38,1% pour des besoins de suivi évaluation et 37,3% des utilisateurs pour l’information économique générale.
Le rapport indique également, que les statistiques relatives à la population et aux prix sont jugées plus intègres respectivement par 53,8% et 53,5% des utilisateurs, contrairement aux autres statistiques démographiques, 27,8% et celles des eaux et forêts, 29,1%.
Comme recommandations formulées, il y a, entre autres, la production de statistiques détaillées, régulières et de bonne qualité largement diffusées dans les domaines tels que les Eaux et forêts, l’environnement, le tourisme et l’élevage.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here