PARTAGER

Abdoul Mbaye estime que la Crei doit continuer d’exister, même s’il faut simplement prévoir un recours. Le leader de l’Act constate que l’origine de l’argent du politicien est «très rarement licite».

Abdoul Mbaye constate que «malheureusement l’origine de l’argent du politicien est très rarement licite». Le leader de l’Alliance pour la citoyenneté et le travail (Act), qui a effectué sa prière du vendredi à la Mosquée Moussanté de Thiès, réagissait au sermon de l’imam ratib Tafsir Babacar Ndiour. «Malheureu­sement, nos compatriotes tendent souvent la main pour recevoir de l’argent illicite. C’est une débauche de comportements, d’attitudes qui vont à l’encontre des valeurs fondamentales qui furent celles de notre société qui se délitent petit à petit et qui sont surtout celles de l’islam et de tout croyant», a dit M. Mbaye. Et l’ancien Premier ministre de Macky Sall partage avec l’imam Ndiour l’importance de la Cour de répression de l’enrichissement illicite (Crei). «Dans notre parti, nous considérons que la Crei se justifie et doit continuer d’exister. Ce que nous disons simplement en termes de réforme de la Crei, c’est qu’il faut qu’il existe un recours parce que l’homme se trompe, le juge peut se tromper. Donc, il ne faut pas de jugement définitif parce que seul Dieu ne se trompe pas. Voilà pourquoi il faut prévoir un recours», explique-t-il. Et il estime que «le renversement de la charge de la preuve n’est pas une violation de droit fondamental». Il argumente : «Lorsque vous vous êtes enrichi, vous devez être en mesure de dire comment vous avez été enrichi. L’imam Ndiour a bien fait de rappeler que c’est une question à laquelle chaque musulman devra répondre devant le Bon Dieu.»
Abdoul Mbaye a de façon générale salué les «sermons de vérité et utiles» de l’imam Ndiour qui «ne rate jamais les politiques». Il ajoute : «Quand vous êtes dans la vérité, il est très probable que vous puissiez heurter les politiques. Malheu­reusement, dans notre conception de la politique au Sénégal, elle est mensonge, trahison. On appelle ça transhumance, mais ça reste de la trahison.»

Abdoul Mbaye sur l’Eco : «Pour l’instant, restons sur le F Cfa qui marche»

Abdoul Mbaye a aussi mis sa veste de banquier de profession pour parler du débat sur la future monnaie unique de la Cedeao. «Pour l’instant, restons sur notre monnaie actuelle, le franc Cfa, qui marche et qu’il ne faut pas affaiblir ! C’est important parce qu’à trop s’interroger sur le futur d’une monnaie, on crée de la suspicion et, malheureusement, on l’amène à se réduire en valeur», tempère-t-il en marge de la prière du vendredi à la mosquée Moussanté de Thiès. Il ajoute : «Demain, l’Eco pourra être simplement une continuité du Cfa pour les huit pays de l’Uemoa. Ce sera une étape intermédiaire, mais qui normalement ne devrait pas changer grand-chose à l’existant. Donc pas de panique ! Maintenant, à nous de construire ce qui vient, mais surtout sans polémique susceptible d’être défavorable à notre monnaie et qui finit par être défavorable à une économie.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here