PARTAGER

Idrissa Gana Gèye et Pape Alioune Ndiaye avaient livré un bon match contre la Tanzanie (2-0) avant que le joueur d’Everton ne déclare forfait contre l’Algérie suite à une alerte à la cuisse.
Après un retour timide contre le Kenya, Gana Guèye a tenu d’abord des propos rassurants sur son état de forme avant le choc contre l’Ouganda en déclarant tout de go : «Je suis prêt à 200%.»
Parmi les plus anciens de la Tanière, celui qui dispute sa troisième campagne africaine avec les Lions s’attend à un match difficile. Même s’il estime que ses coéquipiers sont déterminés à aller le plus loin possible dans cette compétition.
«La détermination, on l’a depuis le début de notre stage. Nous avons nos cartes à jouer. On a acquis beaucoup d’expérience. On a bien grandi, il y a plus de maturité dans cette équipe. Certes, il y a des jeunes, mais avec les anciens on a essayé de les mettre dans le bain. Voilà, on espère que cette année sera la bonne», dira Idrissa Gana Guèye.

Gana : «Pape c’est plus qu’un coéquipier, c’est un frère»
Au sujet de son duo dans l’entrejeu avec Pape Alioune Ndiaye, son ancien partenaire à Diambars de Saly, Gana Guèye dira que «c’est plus qu’un coéquipier. Pape est un frère. On se parle beaucoup sur le terrain. On se connait très bien. Il assure nos arrières. Il est là pour notre sécurité et nous aider aussi à sortir le ballon parce qu’il est capable de le faire».
D’ailleurs, le sélectionneur ne dit pas autre chose : «Pape est un très bon joueur. Dans la philosophie que j’ai voulu mettre en place, j’avais besoin d’un joueur capable de jouer un peu plus devant, qui fait de bonnes sorties de balle, et être présent sur le plan défensif. Ces derniers temps il nous l’apporte. Ce qu’il fait est intéressant pour l’équipe. Je l’ai essayé depuis le match contre Madagascar et cela avait réussi. Sa qualité technique au-dessus de la moyenne. Il fait un bon début de Can», se réjouit-il.
Conscient de l’enjeu du match et de son rôle de sentinelle devant la défense, Pape Alioune Ndiaye opte pour discours fédérateur. «On est au stade des matchs à élimination directe. Il n’y a que le collectif qui prime. On va aborder le match de la manière la plus sereine possible. On se doit de gagner tous les adversaires qui seront en face de nous. Il n’y a pas une autre solution, il faut gagner. Nous en sommes conscients et on fera tout pour rendre fier le peuple. On espère que tout un chacun donnera le meilleur de lui-même et que cette équipe va continuer à monter en puissance.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here