PARTAGER

Le Réseau africain de soutien à l’entreprenariat féminin a mobilisé en 20 ans 9 milliards Cfa en appui aux femmes. Cette association féminine est désormais dirigée par Ndèye Sy Lô qui a pris la place de Adja Dior Diop.

Le Réseau africain de soutien à l’entreprenariat féminin (Rasef) a mobilisé 9 milliards de francs Cfa, depuis sa création en 1995, pour appuyer les Sénégalaises entrepreneures. Faisant le bilan de son mandat à la tête de cette association, la présidente sortante, Adja Dior Diop, désormais présidente d’honneur, a indiqué que le Rasef a aussi créé une coopérative d’habitat, octroyé 380 terrains à ses membres et les a aidées à construire des logements à Tivaouane Peul, sans compter les formations et les séminaires dont elles ont bénéficié. Cependant, le Rasef a connu un moment de léthargie du fait d’un retrait des activités par la présidente. «Je prends de l’âge. Donc je ne peux plus continuer à diriger, mais j’avais quand même proposé une remplaçante en attentant une Assemblée générale pour mettre en place un autre bureau», s’est dédouanée Adja Dior Diop.
Elle s’exprimait le jeudi dernier à la Chambre de commerce, d’industrie et d’agriculture de Dakar (Cciad), à l’issue d’une Assemblée générale extraordinaire transformée en Assemblée ordinaire où, séance tenante, un nouveau bureau a été mis en place.
Ses membres espèrent une relance des activités du Rasef, avec la mise en place de ce nouveau bureau, dirigé par Ndèye Sy Lô, avec comme secrétaire générale Fatoumata Soumano. Renou­velable tous les trois ans, selon les textes du Rasef, l’installation du bureau sortant remonte à 2014.
Le Rasef regroupe des femmes entrepreneures qui aspirent à développer le Sénégal par le secteur privé. «Les femmes représentent 52% de la population sénégalaise. Si on arrive à les former, à les financer et à les encadrer, l’objectif du président de la République de développer le Sénégal sera atteint», a expliqué la nouvelle secrétaire général du Rasef. Fatoumata Soumano, par ailleurs chef d’entreprise et membre fondatrice du Rasef, compte sur l’année sociale décrétée par le chef de l’Etat Macky Sall pour faire bénéficier à ses sœurs des financements. «Nous sommes en année sociale. Le président de la République va nous soutenir pour le financement, car nous comptons l’accompagner dans cette année sociale où il y a beaucoup de financements, comme la Der, entre autres, pour les femmes», s’est-elle réjouie.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here