PARTAGER
Mme Martine Pinville, secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire de la France.

Idrissa Traoré, Thierno Souleymane Agne et Mouhamadou Sy ont convaincu le jury du Forum jeunesse Sénégal, grâce à la pertinence et à la viabilité de leurs projets. Ils ont reçu hier, leurs prix des mains de la secrétaire d’Etat à l’Econo­mie solidaire de la Fran­ce, Mme Martine Pinville.

Idrissa Traoré a 28 ans. Après le baccalauréat, ce natif de Bakel dans la région de Tambacounda, a choisi de rester dans son terroir. Avec ses amis, il met en place un ambitieux projet agricole dénommé «Terre fertile». «C’est un projet de ferme agricole intégrée avec trois volets. Le premier, c’est la production agricole, le maraichage, l’embouche, l’arboriculture et l’apiculture. Le deuxième volet, c’est la transformation pour apporter une valeur ajoutée et enfin la formation des jeunes, parce qu’on a constaté que dans notre zone, l’Etat est vraiment absent. L’Agence nationale pour la promotion de l’emploi des jeunes (Anpej) n’a pas d’antenne à Bakel, donc le centre va aider tous ces jeunes porteurs de projets agricoles à murir leur projets et identifier des pistes de financement», explique M. Traoré. Tout comme lui, Thierno Souleymane Agne, agronome de formation, a initié un incubateur. «Mon projet, c’est un incubateur qui encadre des jeunes start up évoluant dans le domaine agri­cole. Coo­pérative permet à ces jeunes qui ont des profils similaires d’être dans un cadre de travail commun et de partager leurs compétences. C’est une façon de réduire les coûts, mais aussi de rationaliser les dépenses tout en bénéficiant de toutes les ressources humaines et matérielles disponibles dans le centre».
Pour Mouhamadou Sy, c’est le désir d’aider ses parents qui vivent dans une région non électrifiée qui l’amène à mettre en œuvre le projet «Lelawal». «Mes parents vivent dans le ferlo et chaque fois que je vais là-bas, on me dit : vous avez vos diplômes mais vous ne résolvez pas nos problèmes. C’est de là qu’est partie cette idée de projet. Il s’agit d’installer des kiosques solaires dans les zones non électrifiées du Sénégal. Ça permettra aux populations de faire recharger leurs téléphones, leurs ordinateurs ou de faire des transferts d’argent».
Ces trois jeunes entrepreneurs sont les lauréats du Prix du forum jeunesse pour l’économie solidaire. Ces jeunes ont reçu leurs prix hier, des mains du  secrétaire d’État chargée du Commerce, de l’artisanat, de la consommation et de l’économie sociale et solidaire de la France, Mme Martine Pinville. Le premier prix de 5000 euros, soit plus de 3,2 millions de francs Cfa est allé à «Terre Fertile».
«Nous avons déjà démarré depuis un an avec des fonds propres. Ce prix va nous permettre de consolider cela et de lancer de nouvelles activités», indique Idrissa Traoré qui se réjouit de l’opportunité de poursuivre l’exploitation d’une dizaine d’hectares dans une région où l’immigration, malgré ses dangers, reste le rêve le plus partagé. Pour les deux autres, ils pourront séjourner pendant deux semaines dans un incubateur situé dans la région parisienne en France.
La  cérémonie qui s’est déroulée à la résidence de l’ambassadeur de France à Dakar a été l’occasion pour Mme Martine Pinville, de saluer l’esprit d’entreprenariat de ces jeunes dont les projets ont remporté l’adhésion du jury grâce à leur «pertinence et de leur viabilité». «Votre présence ici témoigne de votre réelle capacité à créer de l’initiative qu’elle soit économique comme associative», a salué Mme Pinville.
Ce concours, organisé en novembre dernier par le Forum jeunesse Sénégal et l’ambassade de France, a enregistré la participation de quelques 400 jeunes porteurs de projets. La prochaine édition devrait se tenir à Kaolack, indiquent les organisateurs.
mamewoury@lequotidien.sn