PARTAGER

La Délégation générale à l’entreprenariat rapide pour les femmes et les jeunes (Derfj) a commencé lundi, ses Conseils régionaux de développement par Ziguinchor. Sur le choix de cette région de la Casamance, Pape Amadou Sarr, le Délégué général, évoque la volonté du chef de l’Etat qui a voulu non seulement magnifier l’importance de la région, mais aussi ses opportunités économiques dans plusieurs domaines, notamment l’agriculture, la pêche, l’élevage, l’artisanat, l’économie numérique, le tourisme et les industries culturelles. Sans oublier le rôle moteur que jouent les femmes transformatrices de produits halieutiques et agricoles de cette région. En présence des responsables administratives et politiques avec à leur tête le ministre de l’Economie solidaire et de la microfinance, Aminata Angélique Manga, et du gouverneur de la région Guèdj Diouf, le Délégué général a annoncé que c’est une enveloppe d’1 milliard de francs Cfa qui a été réservée à la région de Ziguinchor, au profit des jeunes et des femmes et les financements vont démarrer le 1er avril prochain. Il est également prévu, selon Pape Amadou Sarr, un autre milliard constitué d’enveloppes sectorielles par rapport aux domaines de l’agriculture, de la pêche, de l’élevage, de l’artisanat et de l’industrie culturelle dans la région de Ziguinchor.
La Der compte travailler avec les autorités administratives pour identifier les opportunités de la région, afin de pouvoir accompagner ces jeunes et ces femmes à structurer leurs projets, créer des chaines de valeur. Il s’agit, selon le Délégué général, de faire bénéficier directement ces ressources aux bénéficiaires pour financer leurs projets ; et ce, avec la collaboration des structures étatiques qui s’activent dans ce secteur telles que le Fongip, entre autres pour garantir et bonifier les taux pour que les prêts soient rapides. «On doit être rapide, décaisser rapidement, financer rapidement mais aussi recouvrer rapidement comme stipulé dans notre acronyme», a indiqué Papa Amadou Sarr.
A l’endroit des jeunes et des femmes de la région, le ministre de l’Economie solidaire et de la microfinance est d’avis que cette faveur, voire ce privilège, constitue surtout une invite à relever le défi, celui du développement de la Casamance, voire du Sénégal tout simplement. Car le chef de l’Etat a compris, soutient-elle, que la Casamance regorge énormément de potentialités et que cette zone sud du pays peut être le levier économique du Sénégal. «Développer la Casamance peut être un excellent raccourci vers un Sénégal émergent. Et avec la Der, je suis sûr que le défi sera relevé ; et je vous invite à accompagner le chef de l’Etat dans cette aventure», a-t-elle lancé à l’assistance.

imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here