PARTAGER

La Délégation générale à l’entreprenariat rapide pour les femmes et les jeunes (Der/Fj) vient d’accorder un financement de 2,4 milliards de francs Cfa aux femmes et jeunes de la région de Thiès.

Plus de 70 mille femmes et jeunes entrepreneurs regroupés en des centaines de Gie dans les départements de Thiès, Tiva­ouane et Mbour, porteurs de 900 projets validés par le Comité régional d’investissement de Thiès en mai 2018, ont reçu le week-end dernier leurs financements d’un montant global de 903,1 millions de francs Cfa de la part de la Délégation générale à l’entreprenariat rapide (Der). Remettant des attestations de financement aux bénéficiaires de Thiès et Tivaouane, le ministre de la Femme, de la famille et du genre, Mme Ndèye Saly Diop Dieng, a indiqué que rien pour les projets de son ministère, ce sont 507 mille 500 bénéficiaires regroupées autour de 700 groupements de femmes dans la région qui ont reçu la somme de 550 millions de francs Cfa pour fructifier leurs activités. La Der, pour sa part, a financé aujourd’hui pas moins de 50 mille personnes dont 25 mille bénéficiaires constitués de 109 projets dans la région de Thiès. Des financements qui vont permettre, selon Mme Dieng, «aux bénéficiaires de se prendre en charge et d’investir davantage dans la création de Petites et moyennes entreprises (Pme)».
Outre les 903 millions de francs Cfa, le montant de 1,5 milliard de francs Cfa est en train d’être décaissé pour promouvoir l’autonomisation économique des femmes et des jeunes de la Cité du Rail. Un lot de financements dans lequel un projet spécifique concernant les jeunes de Thiès a été pris en compte, et qui vise, selon le délégué général à l’entreprenariat rapide, Pape Amadou Sarr, à «remplacer les motos taxis Jakarta par des bus dans les cinq années à venir ; ce, pour un montant global de 2 milliards de francs Cfa». Revenant sur les financements remis aux femmes et aux jeunes pour un montant global de 903 millions de francs Cfa, M. Sarr informe aussi que «l’enveloppe de Thiès s’est aujourd’hui élevée à 2,4 milliards de francs Cfa, comparativement au 1,9 million de francs Cfa que nous avions annoncés au mois de mai 2018». Pour dire, selon lui, «les femmes ont bien travaillé et il y a eu des performances et nous les encourageons à travailler davantage et à rembourser». Aussi, il renseigne que «c’est dans un souci de solidarité gouvernementale que nous avons pris en considération les projets qui ont été déposés au ministère de la Femme au nombre de 757». Il précise : «Une enveloppe de plus de 1,5 milliard francs Cfa est destinée aux femmes et aux jeunes de la région de Thiès dans le volet autonomisation économique. Beaucoup de personnes en ont déjà bénéficié. Ce sont des projets qui vont de 100 mille à 500 mille et dans tous les secteurs d’activités.» Aussi, le délégué général a tenu à clarifier : «Nous n’avons pas mobilisé moins de 20 milliards de francs Cfa des comptes du Trésor public au 31 décembre 2018. Nous sommes en train de mobiliser ces 10 dernières journées les 10 milliards restants pour avoir la totalité au 15 janvier 2019. Aussi, nous avons travaillé en synergie avec nos partenaires financiers pour avoir 4 milliards supplémentaires. Ce qui a porté l’enveloppe globale à 35 milliards de francs Cfa, rien que pour l’année 2018.» Et de poursuivre : «Le chef de l’Etat a décidé en 2018 d’octroyer aux femmes et aux jeunes une enveloppe de 30 milliards de francs Cfa. Cela confirme sa vision, sa générosité, mais aussi l’empathie qu’il a pour eux.» Il rappelle que «la Der a été créée pour répondre aux besoins des couches sociales sans distinction aucune».

Pour une utilisation judicieuse des ressources
Le ministre de la Femme, de la famille et du genre, qui a plaidé pour une «utilisation judicieuse des ressources mises à disposition», est revenue sur «les promesses faites aux femmes de la région de Thiès, avec l’accompagnement de la Der, qui a pris l’engagement de financer toutes les femmes qui ont été retenues par son ministère. Cela, dans le souci de la solidarité gouvernementale, parce que nous sommes dans un Etat, et toutes les ressources viennent de la caisse de l’Etat. Cela rentre dans le cadre du programme défini par le chef de l’Etat pour aider les femmes à s’autonomiser». Madame Ndèye Saly Diop Dieng pense que toutes les ressources qui ont été mises dans ce domaine provenant du ministère de la Femme et de la Der vont être utilisées de «manière efficiente» pour que les femmes puissent être autonomes et créer des micro-entreprises dans les quartiers, qui soient durables, afin qu’elles puissent travailler et créer des ressources. Elle rappelle que les femmes qui représentent 52% de la population en sont une frange importante qui est au cœur du développement. Et de croire que si elles sont autonomes et peuvent avoir des ressources pour travailler et créer de petites sociétés, «cela ne va entrer que dans la ligne droite du Sénégal émergent que l’on veut avoir en 2035».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here