PARTAGER

De première coalition de l’opposition en 2012, Macky2012 se retrouve phagocytée par Benno bokk yaakaar en 2019, à l’heure d’exercer le pouvoir. Après ses renouvellements qui ont porté Moussa Diop à sa tête, la coalition dresse une nouvelle feuille de route. Première vice-coordonnatrice, la députée Adji Mergane Kanouté prédit un avenir radieux à ce regroupement de partis qui a porté le candidat Macky Sall au premier tour de la Présidentielle de 2012.

En tant que 1ère vice coordonnatrice, quels sont les nouveaux défis de la coalition Macky2012 après son Assemblée générale de renouvellement ?
D’abord, je voudrais rendre un hommage appuyé au coordonnateur sortant, Moustapha Fall Ché, qui a abattu un travail remarquable et permis à notre coalition d’être attractive et qui suscite beaucoup d’intérêt. Je félicite également l’équipe qui l’a accompagné en ne ménageant aucun effort pour servir le Peuple sénégalais à travers le Président Macky Sall. Nous avons été à des renouvellements qui se sont bien passés avec une expression démocratique, un vote apaisé, transparent et populaire. A l’issue du vote, faute d’un consensus que nous avons cherché d’ailleurs en vain, nous sommes passés au vote. Moussa Diop, directeur de Dakar dem dikk, a été élu coordonnateur de la coalition Macky2012. Nous avons fait un second vote au terme duquel j’ai été élue 1ère vice coordonnatrice de la coalition Macky2012. C’est une première parce que jusqu’ici notre coalition n’avait qu’un coordonnateur. C’est l’occasion de remercier tous les leaders de Macky2012 pour cette marque de confiance portée sur ma modeste personne après avoir fait de moi porte-parole de cette coalition pendant 2 ans. Dans les semaines à venir, nous allons procéder à l’installation du bureau pour pouvoir nous mettre rapidement au travail. Ce, pour la redynamisation de Macky2012. Nous invitons tous les autres coalitions nées des flancs de Macky2012, comme la coalition Doomu rewmi, à rejoindre la grande maison pour poursuivre le travail que nous avons entamé depuis 2011.

Avec la puissance de Benno bokk yaakaar, Macky2012 n’est-elle pas dépassée ?
Macky2012 n’est pas dépassée et ne saurait l’être. Ce qui est important, ce n’est pas l’appellation, mais la dénomination. Macky2012 est un concept qui nous engage et nous détermine. Pour le moment, nous restons Macky2012. C’est un indicateur fort qui unit les leaders de la coalition avec à sa tête le Président Macky Sall.

Il y a quelques mois, Mahmoud Saleh invitait Macky2012 à se réinventer. Est-ce que vous avez, dans vos renouvellements, pris en compte cette déclaration ?
Toute structure cherche toujours à se réinventer, c’est-à-dire à s’améliorer, à se redynamiser, à se remobiliser. C’est important parce que cela permet de la rendre plus performante, plus efficace et plus efficiente. Nous sommes toujours dans cette dynamique de faire de Macky2012 la première coalition du Sénégal, la plus forte coalition et qui va s’ouvrir à d’autres partis et mouvements. Macky2012 aura même la possibilité d’absorber d’autres coalitions politiques. Les renouvellements se sont faits en présence de l’Apr, locomotive de la coalition. Macky Sall, président de notre coalition, a dépêché Luc Sarr pour le représenter.

Les alliés de l’Apr dans le cadre de Macky2012 ne sont pas dans le gouvernement. Est-ce que le Président Sall prend en considération votre coalition ?
Le Président Macky Sall ne peut pas ne pas respecter cette coalition parce que c’est sa coalition. C’est lui-même qui l’a mise en place et qui a signé des engagements avec d’autres leaders pour en faire une plateforme dynamique. Cela lui a permis d’être élu une première fois et d’être réélu. Je rappelle que nous sommes les premiers à faire confiance au Président Sall en portant sa candidature lors du premier tour de l’élection présidentielle de 2012. Sous ce rapport, il ne peut pas manquer de considération à l’endroit des leaders de Macky2012. Mais comme l’a souligné Me Moussa Diop, le nouveau coordonnateur, Macky2012 réclame plus de considération, plus d’implication dans les programmes, dans les décisions du Président Sall parce que nous sommes comptables du bilan de Macky Sall. Donc, le Président doit avoir plus de considération pour Macky2012.

Pour les prochaines Locales, est-ce que Macky2012 ira avec Benno bokk yaakaar ?
Tout dépend, parce que les discussions ne sont pas encore ouvertes. Si c’est dans le cadre de Benno bokk yaakaar, tant mieux. Sinon, on ira sous la bannière de Macky2012. En attendant, nous sommes dans Bby et nous y restons. Mais notre objectif, c’est d’aller avec Benno si nous y trouvons nos comptes. En même temps, pour les prochaines Locales, je salue ce consensus des acteurs politiques sur l’élection du maire et du président de Conseil départemental au suffrage universel direct. L’ancien système avec les conseillers qui, par des tractations, élisaient le maire, allait à l’encontre de la morale et faussait le jeu démocratique. Bref, c’est une trahison de la volonté des électeurs d’une commune ou d’un département donné. Désormais, les électeurs vont connaître dès le départ leur futur maire ou leur futur président de Conseil départemental. A partir de là, ils feront un choix libre. Pour les adjoints, c’est moins compliqué. Je crois que le plus important, c’était l’élection du maire ou du président de Conseil départemental au suffrage universel direct. Pour les adjoints au maire et les vice-présidents de Conseil départemental, je crois que les acteurs peuvent trouver une formule consensuelle.

Quelle est la pertinence du forum que vous organisez le 28 septembre prochain à Kaolack ?
Ce forum a été initié par les députés du département de Kaolack et qui va se tenir au siège du Conseil régional. Cette activité regroupera tous les députés du département, en l’occurrence Awa Guèye, Théodore Chérif Monteil, Khoureychi Niass et moi-même. Depuis un mois, nous travaillons ensemble pour que ce forum soit un grand moment de mobilisation. Nous avons développé le concept «Les députés face aux citoyens». Cela va nous permettre de recueillir les doléances et les préoccupations des populations de Kaolack. Nous aurons en face de nous les agriculteurs, les éleveurs, les artisans, les commerçants, les jeunes, les femmes, les conducteurs de Jakarta, etc. Nous allons également échanger avec tous les corps de métier. Nous allons leur dire ce que le Président Macky Sall a fait et ce qui reste à faire dans les domaines de la santé, de l’éducation, de l’agriculture entre autres. Ce sera l’occasion de leur dire que le Président a beaucoup fait pour Kaolack. Nous allons porter leurs doléances à l’Assemblée nationale dans le cadre de nos échanges en commission technique et en plénière. C’est dire que les députés de Kaolack assument bien leur rôle, car ils sont tout le temps sur le terrain pour s’enquérir des préoccupations des populations.

Quels sont les enjeux de la prochaine rentrée parlementaire ?
Ce sont les mêmes et ils se greffent aux missions du député, à savoir évaluer les politiques publiques, faire des propositions de lois et porter les doléances des populations d’une commune, d’un département. Les gens font un mauvais procès à l’Assemblée nationale et aux députés, mais beaucoup de problèmes des communes et des départements se règlent à l’Assemblée nationale. C’est parce que chaque député prend son temps pour porter au gouvernement les doléances des populations de son département pour l’amélioration de leurs conditions de vie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here