PARTAGER

La 15e édition du Hoop Forum s’est achevée ce dimanche avec la finale du All Star Game, au Monument de la Renaissance. L’initiateur et fondateur de Seed Academy, Amadou Gallo Fall, tire le bilan et se projette sur l’année prochaine où le Seed va fêter ses 20 ans.

Quel est le bilan qu’on peut tirer de la 15e édition du Hoop Forum ?
C’est une grande réussite. Pour nous, la semaine avait déjà commencé le lundi 1er avec la Nba Academy Africa où nous avions regroupé une vingtaine de jeunes âgés de 17 ans et moins et qui sont venus de 11 pays. On a commencé la 15e édition du Hoop Forum le jeudi 4 mai avec une conférence sur sport et développement. La conférence avait donné le ton par la qualité des invités que nous avions sur tous les panels. Les débats étaient très riches, où nous avons beaucoup appris, beaucoup échangé. Nous remercions au passage nos partenaires comme l’Unfpa (Fonds des Nations-Unies pour la population), Microsoft for Africa, Education Development Center (Edc), Orange, tous ces gens qui sont venus participer à la fête. L’après-midi, nous avions tenu le point de presse pour annoncer l’ouverture officielle de Nba Academy Africa. Après, à Thiès, le vendredi comme le samedi, nous avons été vraiment gâtés par ces jeunes, garçons et filles, qui ont fait montre d’énormément de talents et de caractère en participant pleinement. Et nous avons eu cette année, un très grand nombre de visiteurs, d’entraineurs, comme des gens qui sont passionnés par l’Afrique, sa jeunesse et le travail que Seed Project est en train d’accomplir ici au Sénégal depuis 19 ans. Nous nous réjouissons de cette forte participation et du support que nous avons eu des parents d’élèves et des jeunes qui ont fait une production magnifique le vendredi soir, à la nuit culturelle. Ces jeunes ont démontré qu’ils ont du talent au-delà du terrain de basket. Donc j’ai beaucoup de raisons d’être très satisfait pour ces quatre derniers jours. Et je félicite encore une fois nos jeunes. Ils savent la raison pour laquelle, on s’engage. Mais aussi, tous ceux qui sont venus participer. Les amoureux du basket, les différentes structures de la place du secteur privé comme du public.

Quand vous regardez dans le rétroviseur, vous vous dites quoi, après toutes ces années ?
Je me dis que de chemin parcouru ! Hier (samedi) soir lors du dîner de gala, j’étais extrêmement ému de voir des anciens pensionnaires de la structure dès la première année en 2002. Ce sont des jeunes qui pour certains font d’excellentes choses en dehors du basket aujourd’hui. Il y avait plus d’une vingtaine d’entre eux. Ils nous rappellent que l’effort que nous fournissons n’est pas vain. Cela donne de l’énergie pour pouvoir faire encore beaucoup plus. Evidemment, Gorgui Sy Dieng est le plus grand nom, le plus connu, mais on a eu énormément de success story. Il y a Thierno Niang, Mouhamed Faye, Abdallah Mbaye et tant d’autres. Ce sont des jeunes qui sont passés par la structure, qui ont eu leur diplôme et qui continuent de faire d’excellentes choses. Donc que de chemin parcouru, mais il reste énormément de choses à faire. C’est ce qui nous motive. L’année prochaine on va fêter les 20 ans en grande pompe. Et on va lancer une campagne dès aujourd’hui pour vraiment commémorer ces 20 ans d’existence de Seed qui a été lancé en 1998. Nous allons communiquer là-dessus. Il y aura un plan. Nous nous réjouissons d’accueillir Joseph Lopez comme président. Il y a été le premier joueur africain en Ncaa. Il va prendre les reines et guider tous les staffs, aussi bien ici au Sénégal avec Mohamed Niang comme Executif Director, Noah Levine à New York et tout l’ensemble du staff qui continue à développer de nouveaux programmes et qui servent aux jeunes dès l’âge de 5 ans jusqu’à 17 ans. Seed va continuer à rayonner parce que nous sommes engagés et nous bénéficions aussi du support d’un très grand nombre de personnes qui sont aussi engagées et passionnées que nous par rapport à l’Afrique, sa jeunesse et le sport, le basket en particulier.

A la veille des 20 ans, est-ce qu’il n’est pas temps pour Seed d’avoir son propre centre ?
On a de grosses ambitions et nous allons partager les détails dans le courant de l’année à venir. Mais dans tous les cas, nous sommes au Cneps de Thiès et nous continuerons à être là-bas. Si on parle d’un nouveau campus, ce sera juste une extension. On a aussi la Nba Academy dans le site de Diambars à Saly. Il est important de séparer les choses. On ne peut mélanger la formation de l’élite au travail à la base avec les tout-petits.  Mais rien ne sera changé par rapport à la démarche au niveau de Thiès. Au contraire, nous continuons à avoir un très grand volume de jeunes garçons comme filles. Nous pensons nous étendre dans d’autres villes comme à Kaolack principalement, à Ziguinchor où nous avons des contacts très approfondis. Comme je l’ai dit, ce sera une année très chargée.