PARTAGER

Si cela n’avait tenu qu’à elle, on ne parlerait pas de Aminata Diack dans les médias. Alors que le contentieux matrimonial qui l’oppose à son ancien mari Abdoul Mbaye entretient les causeries dans les chaumières, la dame s’est pendant longtemps emmurée dans le silence. Néanmoins, l’obstination de son conjoint divorcé à vouloir présenter ce dossier comme une cabale politique dirigée contre sa personne et elle comme un instrument politique destiné à l’abattre, l’a convaincue de sortir de son silence pour remettre les pendules à l’heure.

Votre nom a été cité dans une affaire de divorce vous opposant à votre ex-mari, M. Abdoul Mbaye. Jamais depuis l’éclatement de cette affaire, on ne vous a entendu en parler. D’ail­leurs, vous ne vous êtes déplacée qu’une seule fois au Tribunal lors de la première audience. Pourquoi avoir choisi de briser le silence aujourd’hui ?
J’ai gardé le silence parce que pour moi, un divorce est une affaire privée, qui n’a donc pas vocation à se retrouver sur la place publique. J’ai surtout voulu préserver mes enfants et mes proches. Mais j’ai entendu et je continue d’entendre des déclarations non conformes à la réalité, je vais donc m’exprimer une fois, pour retracer les faits et espérer sortir de ce feuilleton médiatique de mauvais goût, dont je suis devenue actrice à mon corps défendant.

Vous auriez exprimé votre refus à votre époux alors qu’il vous avait fait part de son désir d’adopter un enfant avec sa seconde épouse. Qu’est-ce qui motivait votre opposition à son projet ?
Quel parent responsable ne se serait pas opposé à ce projet ? Je me suis renseignée et J’ai compris que même la première adoption qu’il avait faite quelques années auparavant avait été formalisée avec des documents corrompus, notamment un certificat de mariage avec une deuxième épouse, certificat qu’il n’aurait pas dû détenir. L’option du régime monogamique, au-delà du choix à vie d’une seule épouse, impliquait qu’il ne pouvait pas adopter sans mon consentement, consentement que je n’avais évidemment pas donné, et qui n’avait d’ailleurs même pas été sollicité.
Je me suis donc opposée à la seconde adoption en cours de procédure, en introduisant simplement une requête en annulation de placement d’un enfant. Je continue de penser qu’aucun parent responsable ne peut laisser à ses enfants le soin de régler derrière lui, pareille situation.

Votre mari a répliqué en demandant le divorce, arguant qu’il ne pouvait vivre sous le même toit qu’une femme qui a «porté plainte» contre lui. Est-il exact que vous aviez porté plainte contre lui ?
C’est inexact, en réalité c’est en réaction à mon opposition à l’adoption, qu’il a saisi la justice aux fins de divorce et non suite à une plainte de ma part. Le choix d’un divorce au Tribunal était donc le sien. J’avoue que moi, je n’aurais pas opté pour cette voie de règlement, compte tenu de ce que j’avais découvert. J’ai subi cette procédure de divorce, sans aucune intention de faire de vagues et je m’y suis tenue.
Pourtant, les choses auraient été beaucoup plus simples pour moi si j’avais porté plainte, parce qu’il y avait de quoi faire : la bigamie, et plus grave, la détention et l’utilisation d’un deuxième certificat de mariage, le faux sur les adoptions : 3 délits pour lesquels j’étais en droit de porter plainte et je ne l’ai pas fait, pas par faiblesse, mais parce que je n’ai pas perdu de vue que c’est le père de mes enfants. Je vous fais observer que personne n’en a entendu parler, ce qui traduit bien l’absence de plainte.

Qu’est-ce qui a alors déclenché la procédure pénale ?
Ce sont les documents que lui a joints à sa requête de divorce. En effet, au cours de cette procédure de divorce, il a produit le livret de famille dont le régime sur les biens était modifié en séparation, que lui détenait, et moi un certificat de mariage récent délivré par l’état-civil, sur lequel nous étions toujours en communauté des biens. Les deux documents étant discordants sur le régime des biens, la présidente du Tribunal a estimé devoir saisir le procureur de la République pour enquête. Après enquête, le Procureur a décidé de le poursuivre.
Je dois préciser que je n’ai pas bénéficié de régime de faveur, j’ai moi-même été convoquée à la Dic et entendue par le Doyen des juges d’instruction.

S’agissant de ce certificat, votre ex-époux a déclaré que c’est d’un commun accord que vous aviez décidé en 1994, de modifier la «communauté de biens» pour la «séparation de biens», parce qu’il voulait effectuer des investissements à risques et cherchait à protéger votre patrimoine. Est-ce exact ? Pourquoi dénoncer ce certificat aujourd’hui ?
Peu importe le motif servi pour cette demande, elle a été formulée, j’ai signé la requête conjointe qu’il avait préparée : il avait fait le choix d’une communauté au moment de notre mariage, j’étais étudiante, et quand il a, des années plus tard, souhaité le modifier, je n’ai pas vu d’inconvénient à le lui concéder.
Je précise toutefois que je n’ai été associée à aucune démarche, je n’ai jamais été entendue ni même convoquée par aucun juge, jusqu’au jour où il a m’a remis un livret où le régime était modifié en séparation des biens.
Je n’ai pas qualité, moi, pour apprécier la conformité d’un tel document, mais le Parquet en conteste la conformité parce que d’après ce que j’ai compris,  l’ordonnance qui aurait servi à modifier le régime des biens avait été rendue par un juge qui n’avait pas compétence pour le faire, et en violation des procédures. Je ne dis pas que lui savait cela, mais j’ai quand même été surprise d’apprendre qu’il se serait renseigné sur la faisabilité de ce changement auprès de ce juge rencontré dans les instances du football, sachant qu’il pouvait aller à la source, son père a tout de même rédigé le code de la famille. J’ai également été surprise parce que l’ordonnance qui a servi pour cette modification, il ne l’a jamais produite, il déclare même ne l’avoir jamais détenue. Or lorsque vous faites la demande d’un document, il vous est normalement remis si on accède à votre requête. Il aurait ainsi conservé notre demande conjointe et non l’ordonnance qui en serait issue ?

Votre ex-époux vous accuse d’être coupable de complicité de faux en écritures publiques authentiques, usage de faux en écritures authentiques et tentative d’escroquerie, et il vous a servi une citation directe. Qu’en-a-t-il résulté ?
Oui en effet, il a porté plainte contre moi sur ces faits, sa plainte ayant été classée sans suite par le Parquet, il m’a effectivement servi une citation directe qui m’a valu de comparaitre à ses côtés en 1ère instance. Sur cette citation directe, j’ai été relaxée et il n’a pas fait appel de cette décision.

Vous-même, vous avez eu à consentir à un prêt en votre nom et à la banque vous avez présenté un certificat de mariage avec la mention «séparation de biens»…
Toutes les fois que vous faites une transaction immobilière, le notaire vous demande un acte de mariage ; j’ai utilisé en toute bonne foi le livret que nous détenions ; cela ne fait de moi ni complice ni acteur, je n’avais aucun doute sur la régularité des documents, d’autant qu’un autre membre de leur famille avait bénéficié du même changement de régime sur les biens.
Pourquoi cette volonté de M. Abdoul Mbaye de donner une dimension politique à l’affaire qui vous oppose ? Il agit comme si c’est le pouvoir en place qui vous utiliserait comme bras armé…
C’est de bonne guerre, mais cette affaire relève simplement d’une succession d’entorses à une option matrimoniale librement choisie ; sans me prononcer sur l’ordonnance contestée en cours de procédure au Parquet, pour laquelle je ne présume pas de l’issue, je peux citer sans être démentie : la bigamie, l’enregistrement dans un même centre d’état civil d’un mariage monogamique, et la délivrance d’un second certificat de mariage sachant que la 1ère option est irrévocable, l’adoption plénière d’un enfant qui a nécessité, c’est la loi, une dispense signée par le président de la République, Me Abdoulaye Wade en l’occurrence.
Donner une dimension politique à cette affaire me semble plutôt une stratégie de diversion et aussi me dénier la capacité et le droit légitime de me défendre.

Le procureur a requis 1 an ferme à l’égard de votre ex-époux, souhaitez-vous voir le père de vos enfants derrière les barreaux ?
N’entretenez pas la confusion, c’est justement pour lever toute ambiguïté que j’ai accepté cet entretien. Je rappelle qu’il a choisi d’aller au Tribunal, et je pouvais, si j’avais été animée de la moindre colère, porter plainte dès cet instant. C’est la présidente du Tribunal qui a saisi le procureur, pas moi, pour un document que lui-même a produit dans sa requête de divorce. Tout le monde a entendu comme moi à l’audience, le procureur lui signifier que c’est parce que j’ai refusé de porter plainte qu’il n’a pas pu le poursuivre sur la bigamie et les autres délits. Je n’ai donc posé aucun acte pour le faire condamner.

1 COMMENTAIRE

  1. minable tu l’es vraiment madiambal diagne, fils d’esclaves. il faut s’appeller madiambal diagne pour baisser la ceinture a ce niveau jusqu’a aller interviewer cette ex-dame de Abdoul MBaye parce que les carottes semblent cuites pour ton mentor le bouffon macky michelin sall. est cette presse que l’on enseigne dans les ecoles de journalisme. cette presse alimentaire que vous tu incarnes me peut pas prosperer. chaque jour des scenes de menage atterrissent au tribunal mais le juge pour recoller les morceaux laisse trainer les choses jusqu’a ce que tout redevient nromal. mais madiambal, abdoul mbaye que j’ai rencontre une seule fois dans ma vie n’est pas votre ennemi. nous sommes dans la Republique ou on discute et debat des choses qui interressent les citoyens pour la bonne marche et dans ce cas on le fait dans un gentlemen agree mais pas de cette facon madiambal. tu es un morpion, un minable.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here