PARTAGER

Le ministre de l’Environnement et du développement durable, Abdou Karim Sall, a réceptionné hier le nouvel émissaire des Industries chimiques du Sénégal (Ics), délocalisé de Khondio à Lobor.

Fin de 37 ans de présence des Industries chimiques du Séné­gal (Ics) à Khondio. L’entre­prise minière a déplacé son émissaire loin des populations. Le ministre de l’Environ­ne­ment et du développement durable, Abdou Karim Sall, venu réceptionner l’ouvrage à Lobor, un village de la commune de Darou Khoudoss, se dit très satisfait des nouvelles installations des Ics. «Je suis comblé dans la mesure où j’ai vu des populations très satisfaites et qui l’ont manifesté à travers des écharpes blanches qu’elles ont agitées pendant notre arrivée au niveau du site. Tout est bien qui finit bien», se réjouit le ministre, qui rappelle : «Le 9 juillet 2019, nous avions effectué une visite à Khondio pour nous rendre compte par nous-même des difficultés auxquelles les populations étaient confrontées, notamment l’émissaire qui devait servir de déversoir des produits en provenance des Ics. Aujourd’hui, cette question est derrière nous, conformément aux indications qui ont été données aux Ics.» Il remercie l’entreprise minière «d’avoir bien compris qu’il était nécessaire de déplacer cet émissaire pour que les populations puissent vivre dans d’excellentes conditions et hors de toutes pressions liées à cette psychose consistant à dire que ces produits déversés dans la mer étaient toxiques et très dangereux pour les populations».
Abdou Karim Sall fera remarquer : «Aujourd’hui, l’émissaire est délocalisé. Il est loin des populations et très loin de Khondio.» Et donc, «la question liée à la pollution de Khondio est derrière nous». Le ministre de l’Environ­nement a aussi tenu à «remercier les populations environnantes qui ont accueilli à bras ouverts le nouvel émissaire». A ses yeux, «cela augure d’une bonne collaboration».
Insistant sur le travail de «suivi» que son département ministériel compte faire, M. Sall a salué les «très bonnes dispositions du Dg des Ics pour continuer à faire des actions de Rse». Déjà, estime-t-il, «il y a beaucoup de pistes qui ont été construites pour faire la jonction entre cette voie qui mène vers l’émissaire et les villages environnants». Lesquels investissements sont estimés à 700 millions de francs Cfa par le directeur des Ics, Alassane Diallo. «Nous avons dépensé 700 millions de francs Cfa pour construire le nouvel émissaire. Au cours des trois derniers mois, 450 millions de francs Cfa ont été dépensés pour raccorder beaucoup de villages à la route nationale. Et même si ça devait coûter plus, nous l’aurions fait. Parce que d’abord cela correspond aux instructions de l’Etat du Sénégal et ensuite nous devons faire en sorte d’avoir les meilleures relations avec les populations environnantes», indique le patron des Ics qui fera noter que «depuis la construction de pistes, les populations ont commencé à faire des activités agricoles. Et cela n’existait pas ici avant».
En plus de ces activités agricoles, M. Diallo relève que «sur les 1 700 employés des Ics dont 57 expatriés, les 2/3 travaillant au niveau des usines d’acide phosphorique et de la mine sont des ressortissants du département de Tivaouane. Donc, nous restons de loin le plus gros employeur du secteur minier». Et cela, sans compter que «les Ics approvisionnent quotidiennement 30 mille personnes en eau. Il y a à peu près 16 à 20 villages qui dépendent gratuitement des Ics pour l’approvisionnement en eau». Il dira aussi : «Nous avons, dans notre concession minière octroyée par l’Etat du Sénégal, découpé 800 ha au sein desquels nous avons autorisé à peu près 4 000 paysans à venir faire des activités agricoles.» Pour simplement dire que «nous sommes bien présents et nous souhaitons continuer à être présents». Et de rassurer : «Nous allons continuer à appuyer les populations. Nous quittons Khondio, mais nous ne l‘abandonnons pas. Nous allons aussi faire tout ce qui est dans notre possibilité pour continuer à respecter le Code de l’environnement.»
Toutefois, Alassane Diallo a émis quelques craintes liées surtout au déplacement des populations vers le nouvel émissaire à cause des nouvelles activités économiques qui s’y développent avec le désenclavement des villages.
A sa suite Amadou Sow, représentant des trois villages impactés par le nouvel émissaire, de remercier vivement les Ics pour l’établissement de pistes d’accès suite à la délocalisation de son émissaire. «Nous témoignons toute notre gratitude aux Ics pour la réalisation de ces 6,2 km de pistes qui ont désenclavé les villages de Lobor, Ndeunde et Weute, impactés par le nouvel émissaire.»
Joignant sa voix à celle des populations, le maire de la commune de Darou Khoudoss, Ma Gor Kane, indique que «les Ics ont bien commencé. Elles ont construit des bretelles pour les populations. C’est un grand pas. Donc, on a un grand espoir pour cette collaboration qui va continuer au fil des ans».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here