PARTAGER

La maîtrise de nos émissions de gaz à effet de serre est l’un des enjeux majeurs des prochaines années pour enrayer le réchauffement climatique et contenir l’effondrement de la biodiversité, mais il faudra également mener le combat sur d’autres fronts. Les déchets notamment. On en produit toujours plus et cette tendance n’est pas prête de s’arrêter. C’est en tout cas ce qu’affirme la Banque mondiale dans un rapport publié ce vendredi 21 septembre.
Près de 2 milliards de tonnes de déchets. C’est ce que l’humanité a jeté en 2016. En 2050, si la tendance se poursuit, ce sera près de 3,5 milliards, du moins si l’on en croit le rapport que vient de publier la Banque mondiale. On s’en doute, ce n’est pas une bonne chose puisque dans le lot, une bonne partie est en plastique qui met plusieurs centaines d’années à se dégrader en polluant au passage de nombreux écosystèmes. Notre planète risque donc de devenir de plus en plus sale et pourtant peu d’actions sont mises en œuvre pour l’éviter. On pense bien sûr au recyclage, mais l’on observe une fois encore des différences conséquentes entre les pays à hauts revenus et les autres. Les premiers recyclent ainsi près d’un tiers de leurs déchets, c’est moins de 5% ailleurs. Mais le problème reste avant tout la production de déchets, qu’ils soient traités ou non. Leur gestion est un secteur très émetteur de gaz à effet de serre. Il en faut donc tout simplement moins, même si on n’en prend pas le chemin. Et la Banque mondiale de donner ce conseil : favoriser la réutilisation des objets et l’économie circulaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here