PARTAGER

Epinglé dans le rapport 2015/2016 de l’Inspection générale d’Etat (Ige), Talla Sylla se dit choqué de la manière dont on se sert des institutions pour s’attaquer aux adversaires ou futur adversaires politiques. Le rapport de l’Ige reproche à l’équipe du maire de Thiès «d’avoir prévu et exécuté certaines activités dans le budget 2015 de la ville de Thiès, alors qu’elles ne relèvent plus du domaine de compétence des villes». Il s’agit, selon le rapport, «des fournitures scolaires acquises pour 19,5 millions de francs Cfa. Or l’acquisition de fournitures scolaires ne figure pas parmi les attributions de la ville». Il y a aussi «des secours alloués aux indigents pour un montant de 16 millions de francs Cfa alors que selon le rapport, cette catégorie de dépenses est du ressort des communes».
Mais l’édile de la ville de Thiès, face à la presse hier, reste catégorique : «Tout ce qui est dit dans le rapport ne va en aucun cas m’empêcher de voler au secours des populations de la ville qui sont dans le besoin. Soutenir les Thiessois est mon droit le plus absolu. Et je ne suis pas près d’arrêter en si bon chemin.»
Sur les «anomalies et incongruités constatées» dans sa gestion de la ville de Thiès, il affirme que ces éléments ne représentent rien, comparés à ceux qui se trouvent dans le rapport concernant la gestion de ses prédécesseurs. Il s’interroge : «Comment comprendre que des gens n’aient choisi que ça dans le rapport pour le publier ?» Il juge que ce sont là «des dysfonctionnements» parce que pour lui «la mission de l’Ige qui s’intéresse à la gestion des institutions est un acte légal». Mais il soupçonne une volonté de nuire à des hommes politiques. «Je pense que quand on est à côté du président de la République, on ne peut pas se servir des institutions pour essayer de s’attaquer à des adversaires politiques ou à de futurs adversaires politiques», s’étrangle l’élu local qui enchaîne : «Je ne suis l’adversaire politique de personne. Je suis au service exclusif de mes administrés, et au-delà des citoyens du pays. Je ne suis engagé dans aucun autre combat que celui qui concerne les citoyens sénégalais, notamment en cette période de pandémie où nous avons besoin de renforcer les synergies, les dynamiques unitaires et communautaires pour réussir ce combat contre le Covid-19.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here