PARTAGER

Une cité en plein cœur de la ville émergente de Diamniadio : C’est ce dont le système des Nations unies va disposer pour regrouper l’ensemble de ses services et rationnaliser ses charges locatives au Sénégal. «Rien qu’avec le système des Nations unies, le coût du loyer annuel est de 1,2 milliard francs», a révélé jeudi Yaya Abdou Kane, directeur général de l’Agence de gestion du patrimoine bâti de l’Etat (Agpbe). Il a ainsi fait savoir que la signature de l’accord de siège ayant abouti à l’érection de cette infrastructure d’un coût de 175 milliards de francs Cfa est bénéfique pour les deux parties. «Le fait de regrouper les agences des Nations unies va nous permettre de créer un écosystème au niveau de cette ville, et concomitamment ça permet à l’agence de rationaliser les charges locatives», a-t-il poursuivi au terme de la visite du chantier sous la conduite des techniciens d’Envol immobilier, entreprise en charge de la construction de la cité onusienne. «L’Etat a pensé signer un contrat en location-vente pour une durée de 15 ans», a ajouté M. Kane à propos du projet, sans plus de détail sur la question.
Et au constat du terrain, les travaux se tiennent sur un bon rythme et l’infrastructure devrait en principe être réceptionnée avant 2022, malgré un léger ralentissement imposé par le Covid-19.
«Nous sommes très satisfaits puisque nous avons constaté que les gros œuvres sont à presque 60% et osons espérer, nonobstant le retard qui a été accusé avec la pandémie liée au Covid-19, que nous pourrions réceptionner en tout cas ce projet dans les meilleurs délais», a expliqué M. Kane au terme de la visite. «Ils ont dit qu’ils vont accuser trois mois de retard. Donc à fin 2021, nous pensons que nous pouvons réceptionner le projet», a-t-il poursuivi. Le directeur général de l’Agpbe s’est réjoui de l’implantation dans le pays d’une pareille infrastructure qui génère des emplois pour les locaux ainsi que d’autres externalités positives dont l’impact va se faire sentir pour les collectivités environnantes, tout en favorisant le leadership sous régional du Sénégal. «La cité va regrouper 35 agences du système des Nations unies et cela contribue à faire de Diamniadio un hub au niveau sous régional et international», a-t-il dit.
«C’est un projet vert dans lequel l’infrastructure n’injecte rien dans la nature. C’est un projet qui va être indépendant en énergie, dans lequel on va créer une centrale solaire de 2,5 mw. Le système de sécurité est l’un des plus performants. La cité pourra recevoir à peu près 4 500 personnes», a expliqué Makhtar Thiam, directeur général d’Envol immobilier, société en charge de la construction de l’infrastructure dont les travaux ont été entamés en février 2019.
Assis sur 80 m2 d’espace construit, le projet est, selon M Thiam, le plus grand des Nations unies en Afrique de l’Ouest.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here