PARTAGER

La brigade de gendarmerie de Sédhiou vient d’interpeller un as de l’escroquerie. Prince Moustapha Ndiaye, à l’état civil, n’est pas inconnu du fichier de la police. Il est cité dans plusieurs affaires dont une tentative d’escroquerie à l’encontre du gouvernement du Brésil en 2013 sur  une somme de 100 milliards de francs Cfa. L’homme qui a fait miroiter des projets chimériques pour Sédhiou est arrêté suite à une série de plaintes… Ce, grâce aux pandores, samedi dernier, dans une auberge de la capitale du Pakao.

Pour un retour au bercail, Prince Moustapha Ndiaye s’est attaché les services d’un concessionnaire de voitures de Dakar. Sans peine, il a réussi à décrocher une rutilante bagnole et un chauffeur. Prince qui avait promis de rester cinq jours à Sédhiou doit payer 70 mille francs par jour au concessionnaire. Seulement, il restera 43 jours durant sans respecter son contrat. Comme si cela ne suffisait pas, Prince qui vient de se marier a préféré se retirer dans une auberge pour se la couler douce, loin du bruit et de la clameur familiale. Là aussi, il manque de payer sa note de 15 nuitées à raison de 14 500 francs la nuitée. Pour rentrer dans leurs fonds, ses créanciers ou fournisseurs vont vite déposer des plaintes à la brigade de gendarmerie de Sédhiou. Une descente des pandores a permis de le coincer dans sa chambre.

Qui est Prince Moustapha Ndiaye ?
Né le 25 octobre 1982 à Sédhiou, Prince Moustapha Ndiaye se présente comme «un financier développeur international et Pdg de Rsi group of bank, qui se trouverait à Londres et qui serait spécialisé dans le financement du commerce pour entreprises et hommes d’affaires du monde entier». En réalité, cette entreprise n’est présente que sur le web. En d’autres termes, Prince Moustapha Ndiaye est un imposteur qui cherche à rouler ses «clients» sur internet.
Le site d’informations en ligne, Leral.net, qui s’est intéressé à son dossier a montré que ce jeune de 32 ans était activement recherché. C’est ce qui explique d’ailleurs sa présence sur la liste des plus grands escrocs du monde. D’ail­leurs, son nom et la photocopie de son passeport apparaissent sur le site de Thewhistle­blo­wers.org qui est une plateforme qui vise à dénoncer la corruption dans le secteur bancaire et le blanchiment d’argent.
Le site fait même des révélations explosives sur Prince avec des documents signés par le «banquier» sénégalais. D’après Thewhisthleblowers (les dénonciateurs), M. Ndiaye a tenté de soutirer 100 milliards de francs Cfa au gouvernement brésilien. Il a ainsi adressé une lettre, datée du 8 mars 2013, à Dilma Roussef, la présidente de la République brésilienne d’alors, via son ministre de l’Agriculture, pour lui exposer un projet de coopération bilatérale (Sénégal-Brésil) dans le cadre du financement du Programme des domaines agricoles communautaires (Prodac) du Sénégal et de la mise en place d’unités industrielles pour le montage et l’assemblage de matériels et équipements agricoles au Sénégal. Autrement dit, Prince, avec la complicité de l’homme d’affaires américain Roy Gillar et du Péruvien Nagy Shehata (de grands bandits vivement recherchés), s’est permis de négocier avec le gouvernement brésilien au nom de l’Etat du Sénégal. Grave !
Thewhisthleblowers.org ajoute que M. Ndiaye, qui a même séjourné au Brésil du 21 mai au 1er juillet 2013 pour rencontrer ses «partenaires», a présenté de faux documents aux autorités de la 6ème puissance économique mondiale. Il était même à deux doigts de convaincre les représentants du gouvernement brésilien. Mais au dernier moment, le plan du «Prince» des arnaqueurs tombe à l’eau. Mises au parfum des agissements de l’homme d’affaires, les autorités brésiliennes «déchirent» le projet et Prince disparaît.
De nombreuses entreprises et plusieurs hommes d’affaires ont été victimes de cet impitoyable escroc. Aujourd’hui, il fait l’objet de plusieurs plaintes et est recherché par la justice de beaucoup de pays.
odemba@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here