PARTAGER

Le projet du prévenu Amadou Kâ consistait à faire voyager des étudiants en Italie pour une formation professionnelle, moyennant la somme de 600 mille francs Cfa. 7 de ses victimes l’ont traîné hier devant le juge des flagrants délits du Tribunal d’instance de Dakar pour le délit d’escroquerie. Il a été reconnu coupable et condamné à une peine de 6 mois de prison assortis du sursis.

Le rêve d’aller suivre une formation professionnelle en Italie de 7 étudiants sénégalais s’est brisé. L’engagement pris par le nommé Amadou Kâ de les convoyer n’a pas été respecté. Et depuis 2016, ils attendent cette concrétisation sans succès. Las de courir après l’argent versé au sieur Kâ pour les préparatifs dudit voyage et les papiers, les demandeurs ont déposé leur plainte au niveau de la Division des investigations criminelles (Dic). Le mis en cause sera arrêté par les éléments enquêteurs. En effet, les victimes ont connu l’«escroc» par l’intermédiaire de Serigne Mboup. Le maire de Pire avait été approché par le prévenu qui lui a fait part de son projet qui consistait à convoyer des étudiants en Italie dans le cadre d’une formation, moyennant la somme de 600 mille francs Cfa par personne.
Hier, l’affaire a été vidée par le juge des flagrants délits du Tribunal d’instance de Dakar. Le Tribunal a reconnu le prévenu coupable du délit d’escroquerie. Il a été condamné à 6 mois de prison assortis du sursis.
A la barre, le mis en cause n’a pas cherché à nier les faits. «Je n’ai pas pu respecter mon engagement. J’ai utilisé l’argent parce que je suis malade. Je souffre d’une insuffisance rénale», s’est amendé Amadou Kâ pour se tirer des griffes de dame justice.
Dans son réquisitoire, le procureur a fait savoir que les faits sont constants. Revenant sur les ordres de mission délivrés par le prévenu, le procureur dira que «ces documents n’ont aucune valeur parce qu’il n’y a aucun élément qui permet d’étayer l’existence de ce projet». Pour la sanction, le représentant du ministère public a requis 2 ans de prison dont 6 mois ferme contre le prévenu. «Dans cette affaire, il y a un élément qui n’est pas négligeable. C’est l’intervention de Serigne Mboup. Il n’a pas été saisi par hasard», a indiqué l’avocat de la défense à l’entame de sa plaidoirie.
La robe noire est convaincue que Serigne Mboup croyait à cette opportunité pour les jeunes de sa commune. Devant les aveux circonstanciés de son client, la défense a plaidé une application bienveillante de la loi pénale. Selon le conseiller de Amadou Kâ, ce dernier étant un «délinquant primaire, le Tribunal ne peut pas être insensible à son moyen de défense», faisant référence à la maladie de son client. Ce dernier a écopé finalement de 6 mois de prison avec sursis.
msakine@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here