PARTAGER

A l’instar de toutes les localités du pays, Thiès a célébré la 45e édition de la Journée mondiale de l’environnement. Une occasion pour les acteurs de revenir sur les enjeux liés à la préservation de la nature.

Sous le thème «Rapprocher les gens de la nature», l’édition 2017 de la Journée mondiale de l’environnement a été célébrée dans la Cité du Rail. Une occasion pour le directeur du Service régional de l’environnement, Moussa Guèye, d’indiquer que le thème de la 45e édition est à la fois «un cri du cœur et une façon d’amener les populations à comprendre les enjeux liés à la préservation de l’environnement». Pour l’environnementaliste, on ne peut guère dissocier l’homme de la nature, quel que soit l’endroit où il habite. «Thiès est toujours connue comme une ville verte. Mais aujourd’hui, on remarque de plus en plus l’avancée du désert. C’est ce qui explique en grande partie la recrudescence des inondations», a-t-il indiqué. Ainsi et de lancer un appel aux populations : «La préservation de la nature n’est pas une affaire du ministère ou des services des Eaux et forêts, mais un combat pour tout un Peuple.» Le coordonnateur du projet de restauration et réhabilitation des écosystèmes de la ville de Thiès, colonel Ab­dou­rahmane Samoura, soutient que de par la dégradation de l’environnement, l’homme a profondément transformé son support de vie sans penser aux futures générations. Il est donc temps que les citoyens sénégalais transforment certains de leurs sites inoccupés en espaces verts. «Les Sénégalais doivent repenser leur mode de consommation pour faire renaître l’environnement parce que l’arbre est au centre de la survie de l’homme.» Pour sa part, l’adjoint au gouverneur chargé des Affaires administratives, Mbassa Sène, d’appeler les Sénégalais à la préservation de la nature en vue d’offrir aux futures générations un meilleur cadre de vie. Pour cela, il les invite à un changement d’attitudes et de modes de consommation, car les générations actuelles doivent à celles futures un legs environnemental profitable à tous. «L’environ­nement occupe, de nos jours, une place centrale dans le développement de nos Etats. Nous devons donc tout faire pour offrir aux futures générations un environnement sain et viable. C’est pourquoi il faut revoir les attitudes de consommation, gage du développement durable. Les populations doivent préserver l’environnement, car cela est une affaire de tous», a-t-il dit. Il termine par souligner que le Sénégal doit miser sur la biodiversité pour réduire les risques biotechniques : «Les Sénégalais doivent être pour et avec la nature.»
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here