PARTAGER

Dans une brève allocution télévisée mardi 3 octobre, le roi d’Espagne, Felipe VI, s’en est pris aux dirigeants indépendantistes de la Catalogne.
«Aujourd’hui, la société catalane est fracturée et traversée par un conflit», a regretté le souverain, accusant les dirigeants catalans d’avoir bafoué la démocratie. «Ces autorités, d’une manière claire et catégorique, se sont situées totalement en marge du droit et de la démocratie», a-t-il déclaré deux jours après la tenue d’un référendum d’autodétermination interdit en Catalogne, dont la finalité est, selon lui, «de proclamer illégalement l’indépendance».
«Par leur conduite irresponsable, ils peuvent même mettre en danger la stabilité économique et sociale de la Catalogne et de toute l’Espagne», a ajouté le roi dans ce discours d’une fermeté sans précédent.
«La couronne est fermement attachée à la Constitution et à la démocratie», a encore dit Felipe VI, rappelant que son rôle consiste à préserver «l’unité et la pérennité de l’Espagne». «Il est de la responsabilité des pouvoirs légitimes de l’Etat d’assurer l’ordre constitutionnel et le fonctionnement normal des institutions, le respect de l’Etat de droit et l’autonomie de la Catalogne», a déclaré Felipe VI, sur le trône depuis 2014.
Aux termes de l’article 155 de la Constitution, jamais encore invoqué, le gouvernement peut obliger une région à res­pec­ter ses obligations constitutionnelles, si elle les viole ou si elle «porte gravement atteinte à l’intérêt général de l’Etat».
lemonde.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here