PARTAGER

Etre de l’école d’untel ne relègue jamais quelqu’un au second rang. Ça peut être une manière de dire que tous les deux partagent le même courant de pensée.
Si l’équipe de rédaction de l’Histoire générale du Sénégal a repris les écrits du colonel, ce dernier n’a pas fait l’objet d’une levée de boucliers aussi virulente. Aucun de nos guides religieux n’est venu au monde avec le savoir, y compris le Prophète Muhammad Aleyhi Salam («Iqra bismi rabia» en atteste). Par ailleurs, on peut bien être l’élève de quelqu’un, puis le dépasser en connaissance, aura, prestige, notoriété et pouvoir. Les exemples foisonnent et les maîtres coraniques de nos illustres guides religieux en témoignent.
Mais je citerais l’exemple que je connais le mieux qui est celui de Rutherford sous l’aile de Thomson dans le laboratoire de ce dernier, contestant le modèle atomique de son maître et proposant un modèle planétaire de l’atome que la communauté scientifique a reconnue comme valide. Il n’y a donc pas de quoi remettre en cause ce travail important. Par contre, reprendre un article de presse ne relève pas d’une démarche scientifique qui du reste ne saurait reposer non plus sur la tradition orale dont l’objectivité n’est souvent pas garantie. Les faits, rien que les faits et les faits seulement, sans état d’âme ni sensibilité aux battements d’ailes du papillon même si ses simplifications en cascades pourraient déclencher un ouragan. Ne pouvant pas empêcher le papillon d’exister et de battre des ailes, il faut, par la force de la science, endiguer l’effet d’amplification pour qu’il n’y ait point d’ouragan.
Q’Allah Swt nous accorde la paix !
Salam !
Cheikh Bécaye YOUM
Professeur de Sciences Physiques
Formateur au Crfpe de Fatick

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here