PARTAGER
Les Pdg de géants comme Google craignent de perdre des ingénieurs venant des pays visés par le décret de Trump.

Le décret de Donald Trump qui interdit l’accès aux Etats-Unis à des ressortissants de plusieurs pays du Moyen-Orient déclenche un tollé dans la Silicon Valley. Les entreprises de Nouvelles technologies recrutent en grand nombre de jeunes talents venus de cette région du monde.

Les patrons de la Silicon Valley sont vent debout contre le décret qui restreint l’immigration aux Etats-Unis. Même Twitter, média favori du Président américain, apporte son soutien aux immigrés.
Les Pdg d’Apple, Facebook, Netflix, Google et Microsoft sont unanimes pour dénoncer cet obstacle à l’embauche des très nombreux ingénieurs de ce secteur en provenance des pays touchés par ce décret.
Apple, créé par Steve Jobs, fils d’un immigré syrien, «n’existerait pas sans l’immigration», rappelle son Pdg Tim Cook. Le patron de Netflix appelle, lui, à protéger les valeurs américaines de liberté et d’opportunité. «Les mesures de Trump affectent les employés de Netflix à travers le monde… Il est temps de joindre les mains pour protéger les valeurs américaines de liberté et d’opportunité», écrit Reed Hastings sur son compte Facebook.
Microsoft affirme de son côté que cette situation va l’empêcher de pourvoir tous les postes vacants dans les équipes de recherche et développement. Environ 187 employés de Google sont directement concernés par les nouvelles restrictions, indique dans un courriel interne Sundar Pichai, le Pdg.
Elon Musk, fondateur de Tesla et de SpaceX, qui a récemment rencontré Donald Trump, estime sur Twitter que «l’interdiction générale du territoire pour les citoyens d’un certain nombre de pays majoritairement musulmans n’est pas le meilleur moyen de relever les défis» qui se présentent.
Quant au patron de Microsoft d’origine indienne, il souligne, comme immigré et comme Pdg, l’impact positif de l’immigration. En attendant, les groupes du secteur high-tech constituent des cellules d’urgence juridique pour assister les salariés et leur famille.
rfi.fr

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here