PARTAGER

Alors que des milliers de migrants centraméricains sont toujours bloqués à la frontière entre les Etats-Unis et le Mexique, le nombre d’immigrés clandestins aux Etats-Unis n’a jamais été aussi bas. Une étude de l’institut de recherche Pew, sortie mardi 27 novembre, précise que le nombre de Mexicains entrant sans papiers dans le pays de Donald Trump diminue depuis 2007. Il avait fait de l’immigration mexicaine, un thème de campagne, mais les chiffres contredisent les propos de Donald Trump. Durant sa campagne électorale, Donald Trump avait fait des immigrés mexicains ses boucs émissaires. Pourtant en 2016, déjà, le nombre de clandestins en provenance de ce pays avait drastiquement chuté. C’est cette baisse de l’immigration mexicaine qui expli­que en partie, pourquoi le nombre de clandestins a diminué d’1,5 million en moins de 10 ans aux Etats-Unis. Selon l’étude du Pew Research Center, entre 2007 et 2016, les Américains ont vu diminuer de 13% le nombre de migrants sans papiers dans leur pays, car sous George W. Bush et Barack Obama les expulsions n’ont jamais été aussi importantes. Donald Trump n’a de cesse de critiquer le bilan de son prédécesseur, et pourtant c’est sous Barack Obama en 2013 qu’a été atteint le chiffre record de 433 000 expulsions. S’il y a de moins en moins d’immigrés sans papiers en provenance du Mexique, ceux qui viennent d’Amérique centrale sont plus nombreux. Le futur ministre des Affaires étrangères mexicain, Marcelo Ebrard, rencontrera à ce sujet son homologue américain, Mike Pompeo, ce dimanche. Ils devraient décider ensemble du sort des milliers de migrants en provenance du Guatemala, Honduras et Nicaragua, bloqués depuis des jours dans la ville frontalière de Tijuana.
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here