PARTAGER

Aux Etats-Unis, le jeune Pete Buttigieg s’est affirmé comme un candidat incontournable dans la course à la Maison Blanche. Selon des résultats encore partiels, il a remporté le caucus de l’Iowa, première primaire démocrate dans la course à la Présidentielle américaine. Selon des résultats encore incomplets, Pete Buttigieg, 38 ans, l’un des candidats démocrates les plus centristes, a remporté d’une courte tête -il serait à égalité en termes de voix- ces primaires tests de l’Iowa, au coude à coude avec le sénateur, bien plus à gauche, Bernie Sanders. Devant ses partisans, il a fêté sa victoire en lançant un message d’espoir : «Croyez en vous et en votre pays !» «Nous ne connaissons pas les résultats définitifs, mais ce que l’on sait, c’est que cette campagne, qui a commencé il y a un an avec quatre personnes dans l’équipe, sans aucune notoriété, pas d’argent, juste de grandes idées, cette campagne a pris aujourd’hui la tête de cette course pour remplacer le Président actuel avec une meilleure vision pour le futur», a assuré Pete Buttigieg.

3 660 personnes parlent à ce sujet
Pete Buttigieg, qui a fait une partie de sa carrière dans l’Armée, est un candidat un peu «hors norme», expliquait ce mercredi sur notre antenne, l’avocat Olivier Piton, auteur de La Nouvelle révolution américaine. «Et ce sera compliqué pour le parti démocrate de sortir de cette «gueule de bois» de ces primaires au départ si médiocre et laborieux.»
«Pete Buttigieg et Bernie Sanders sont au coude à coude et c’est plutôt une mauvaise nouvelle pour le parti qui jouait clairement la carte Joe Biden, arrivé quartième, aussi bien en termes de nombre de délégués qu’en termes de voix obtenues, et qui n’est absolument pas prêt, comme il y a quatre ans, à accepter Bernie Sanders», poursuit Olivier Piton. Le couac informatique a rendu le caucus de l’Iowa moins important que ce qu’il aurait dû être…
Maire de la petite ville de South Bend dans l’Indiana -il fut d’ailleurs le plus jeune maire d’une ville de plus de 100 000 habitants-, Pete Buttigieg affirme vouloir rassembler les communautés rurales, urbaines et de banlieue, rassembler démocrates indépendants et même certains républicains pour changer les Etats-Unis. Rassembler, enfin, autour de valeurs et non contre un ennemi commun. Un clin d’œil notamment à Joe Biden, puisque l’ex-vice-Président de Barack Obama, arrivé quatrième à ces premières primaires, quoique favori des sondages nationaux, avait fait de la bataille contre Donald Trump l’un de ses arguments de campagne.
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here