PARTAGER

A partir du début des années 1990, Jerry Chun Shing Lee recrute et gère des agents pour la Cia. Mais en 2007, il quitte l’agence de renseignement et s’installe avec sa famille à Hong Kong, frustré, selon d’anciens agents, de voir sa carrière plafonner. Trois ans plus tard, le réseau d’espions américains en Chine est peu à peu démantelé par les services chinois. Une information rapportée l’an dernier par le New York Times qui parle d’une vingtaine d’agents exécutés ou arrêtés.
Les Etats-Unis cherchent alors à comprendre : sont-ils victimes d’un piratage informatique, d’une taupe ? Le nom de Jerry Chun Shing Lee apparaît. Selon d’anciens agents, le Fbi l’attire alors aux Etats-Unis en 2012 en lui faisant miroiter un nouveau contrat avec la Cia et découvre dans deux de ses chambres d’hôtel des carnets remplis d’informations classées secret défense. Notam­ment les identités réelles d’agents clandestins. Jerry Chun Shing Lee est interrogé, mais c’est libre qu’il quitte à nouveau le pays en 2013.
Dans le communiqué qui annonce l’arrestation de l’ex-espion lundi à son arrivée à l’aéroport Jfk de New York, le ministère américain de la Justice n’explique pas pourquoi il a fallu cinq ans pour l’inculper. Du côté de Pékin, le ministre chinois des Affaires étrangères affirmait ce mercredi «ne pas être au courant de cette affaire».
Rfi

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here