PARTAGER

Depuis 1967, les Palestiniens font face à l’occupation illégale de leur territoire par l’Etat israélien. Dans un document rendu public, Amnesty international assimile cette occupation à 50 ans de violation des droits humains. Cette organisation de défense des droits humains revient ainsi dans les détails sur la souffrance quasi-quotidienne subie par ce Peuple.

Les Palestiniens sont depuis 50 ans maintenant victimes de violation des droits humains. C’est en substance ce qu’a fait savoir Amnesty International dans un document publié à l’occasion des 50 ans de l’occupation israélienne des territoires palestiniens. Dans ce document, l’organisation de défense des droits humains revient sur «les politiques impitoyables de confiscation des terres, de colonisation illégale et d’expropriation menées par Israël» au détriment du Peuple palestinien depuis 1967. D’après Amnesty international, ces politiques associées «à la discrimination omniprésente  ont causé d’immenses souffrances aux palestiniens et les ont privés de leurs droits fondamentaux». Selon Amnesty international,  «le régime militaire d’Israël bouleverse tous les aspects de la vie quotidienne dans les territoires palestiniens occupés». «Pour les Palestiniens, c’est toujours ce régime militaire qui détermine s’ils peuvent, quand ils peuvent et comment ils peuvent se déplacer pour aller travailler ou à l’école, se rendre à l’étranger, rendre visite à leurs proches, gagner leur vie, participer à une manifestation, accéder à leurs terres agricoles ou même avoir accès à l’électricité ou à une source d’eau potable. Cela entraîne une humiliation, une peur et une oppression quotidiennes. Israël a de fait pris en otage la vie de ces personnes», a-t-on dénoncé. A cela on ajoute également «l’accaparement de terres incessant par Israël». Pour cette organisation de défense des droits humains, «la politique israélienne de construction et d’expansion des colonies illégales sur les terres palestiniennes occupées est l’un des principaux éléments moteurs des violations massives des droits humains». Dans le document, on souligne que «ces cinquante dernières années, Israël a détruit la propriété de dizaines de milliers de palestiniens et a déplacé une grande partie de la population pour construire des logements et des infrastructures pour installer sa propre population sur les territoires occupés». «Israël a également détourné des ressources naturelles palestiniennes telles que l’eau ou des terres agricoles pour les utiliser dans les colonies», a-t-on ajouté.
Amnesty international, qui dénonce cette politique de l’Etat juif, précise que «l‘existence même des colonies dans les territoires palestiniens occupés bafoue le droit international humanitaire et constitue un crime de guerre». Et l’organisation d’ajouter : «Malgré les nombreuses résolutions de l’Onu, Israël a continué de s’approprier des terres palestiniennes et de soutenir au moins 600 000 colons installés en Cisjordanie occupée, notamment à Jéru­salem-Est. Jusqu’à 2005, plus de 9 000 colons vivaient illégalement à Gaza». Pis, ces défenseurs des droits humains font remarquer que «ces derniers mois, Israël a accéléré l’expansion des colonies». «Le gouvernement a annoncé un projet de construction de mille nouveaux logements dans les colonies existantes, ainsi que la construction de deux nouvelles colonies en Cisjordanie occupée», a-t-on fait savoir.

«Victimes d’arrestations arbitraires, de détentions et
de procès iniques»
Outre l’occupation illégale de leurs terres, les palestiniens sont aussi victimes «d’arrestations arbitraires, de détentions et de procès iniques». A en croire Amnesty international, «depuis 1967, les autorités israéliennes ont arrêté des centaines de milliers de palestiniens, parmi lesquels des femmes et des enfants, au titre d’ordres militaires qui, souvent, érigent en infraction un vaste éventail d’activités pacifiques». De même, on souligne que «lors des périodes de fortes tensions et de violences, les hommes et les garçons de villages entiers ont été arrêtés arbitrairement». «Les autorités israéliennes ont également détenu arbitrairement des dizaines de milliers de palestiniens, parmi lesquels des prisonniers d’opinion, les plaçant en détention administrative indéfiniment sans qu’ils soient inculpés ni jugés», a-t-on encore fustigé. D’après Amnesty international, «cette politique, appliquée depuis 50 ans par Israël et consistant à emprisonner des palestiniens des territoires occupés dans des prisons en Israël, bafoue le droit international».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here